Ligue des champions: l’appel du WAC balayé, le sacre de l’Espérance assuré - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Ligue des champions: l’appel du WAC balayé, le sacre de l’Espérance assuré

media Les joueurs de l'Espérance Tunis et du Wydad Casablanca en pleine polémique avec l'arbitre Bakary Papa Gassama, le 31 mai 2019 à Radès, en finale retour de la Ligue des champions 2018-2019. FETHI BELAID / AFP

Le Comité d’appel de la Confédération africaine de football (CAF) a rejeté le recours déposé par le Wydad Casablanca (WAC) concernant la finale de Ligue des champions 2019. Le club marocain demandait l’annulation d’une décision prise par le Comité de discipline de la CAF. Celui-ci avait confirmé la victoire de l’Espérance Tunis, plusieurs semaines après un match retour houleux. Les Casaouis avaient refusé de reprendre le match suite à un problème avec l’arbitrage vidéo.

Est-ce la fin d’un roman-feuilleton qui agite le football africain depuis plus de trois mois ? Ce 15 septembre 2019, le Wydad Casablanca (WAC) a perdu une nouvelle bataille juridique concernant la finale de la plus prestigieuse compétition de clubs d’Afrique, la Ligue des champions.

Après avoir été retoqué par le Tribunal arbitral du sport (TAS) puis par le Comité de discipline de la Confédération africaine de football (CAF), c’est le Comité d’appel de la CAF qui a désavoué le WAC.

Celui-ci a donc conforté une décision du 7 août 2019 qui avait donné la victoire à  l’Espérance Tunis sur tapis vert. « Le Comité d’appel confirme le fait que le match a été perdu par forfait par le Wydad Athletic Club parce que ses joueurs ont refusé de reprendre le jeu », indique la CAF dans un communiqué.

L’ultime recours épuisé

Le 31 mai dernier à Radès, après une finale aller déjà houleuse (1-1 au Maroc), le choc entre Casaouis et Tunisois dégénère en deuxième période. Privés d’une égalisation valable, suite à un hors-jeu sifflé par le juge de touche, les Marocains laissent éclater leur colère. Car l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) ne fonctionne visiblement pas, au moins à cet instant de la soirée. Et, après 90 minutes d’interruption, l’arbitre siffle la fin du match dans un climat délétère.

Les joueurs de l’Espérance se voient ainsi remettre trophée et médailles. Mais, très rapidement, des dirigeants de la CAF évoquent des menaces et des insultes proférées par la délégation tunisienne. Le 5 juin à Paris, le Comité exécutif (ComEx) de la CAF annonce que cette finale retour sera rejouée après la Coupe d’Afrique des nations 2019, parce que « les conditions de sécurité n’étaient pas réunies » en Tunisie, lors de cette rencontre houleuse.

Mais nouveau retournement de situation, le 31 juillet : le Tribunal arbitral du sport annule la décision du ComEx. Le TAS rappelle au président Ahmad et à son gouvernement qu'ils ne constituent pas l’organe compétent à la CAF pour juger une telle affaire. Le Comité de discipline est alors invité à se prononcer. La suite est connue… L’Espérance Tunis est de facto déclarée championne d’Afrique et représentante de l’Afrique pour la prochaine Coupe du monde des clubs (11-21 décembre).

Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.