CAN 2019: la Côte d’Ivoire piège le Mali et retrouve l’Algérie en quarts - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2019: la Côte d’Ivoire piège le Mali et retrouve l’Algérie en quarts

media La joie des Ivoiriens après leur victoire face aux Maliens, en huitièmes de finale de la CAN 2019. Pierre René-Worms/RFI

Perdus par un manque d’efficacité en attaque, les Maliens ont été éliminés (1-0) de la CAN 2019 ce 8 juillet, en huitièmes de finale, par la Côte d’Ivoire qui a fait preuve de réalisme. Les Aigles peuvent nourrir de grands regrets. Les Éléphants, eux, peuvent s’estimer heureux avant de défier l’Algérie en quarts de finale.

Avec notre envoyé spécial à Suez,

La malédiction se poursuit pour le Mali, qui n’a jamais battu la Côte d’Ivoire en Coupe d’Afrique. Cette quatrième défaite des Aigles en cinq confrontations a vraiment des allures de casse à l’ivoirienne, tellement les Éléphants ont longtemps eu la tête sous l’eau avant de faire parler leur réalisme offensif, ce lundi 8 juillet, en huitièmes de finale de la CAN 2019.

Dans cette rencontre, le Mali avait pourtant très tôt eu les moyens de faire la course devant. Mais dès la 11e minute, Moussa Marega, bien lancé dans la surface, choisit l’option collective au lieu prendre sa chance face à Sylvain Gbohouo.

Les Aigles dominateurs face aux Éléphants

Si les Aigles montrent vite une meilleure maîtrise technique, les Eléphants, eux, ont du mal à se trouver dès qu’ils franchissent le milieu. Il y a peu d’occasions, mais le Mali construit plus, ose plus face à des Ivoiriens timides, voire fébriles à l’image de Gbohouo qui commet une faute de main sur corner qui aurait pu être fatale aux siens (17e). Par contre, le portier se rattrape bien vite avec une belle claquette sur un coup franc de Diaby qui prenait la direction de la lucarne (21e).

Le Malien Moussa Marega au milieu des Ivoiriens, le 8 juillet 2019. Pierre René-Worms/RFI

Plus à l’aise techniquement, les Aigles prennent petit à petit le bon bout de la rencontre. Et le fait de jouer vent de face n’explique pas tout dans les insuffisances des Ivoiriens. Les hommes d'Ibrahim Kamara pratiquent un jeu un peu trop stéréotypé qui consiste à rechercher systématiquement Nicolas Pépé ou Wilfried Zaha sur les côtés et en sollicitant le moins possible les milieux, dont Franck Kessié, invisible. Les champions d’Afrique 2015 sont même affligeants par moments dans leurs tentatives de sortie de balle qui se transforment en dégagement en catastrophe.

Le Mali mérite de prendre l’avantage, mais Moussa Marega rate le cadre après un bon débordement suivi d’une passe en retrait de Moussa Djenepo (42e).

Le raté de Kodja, le réalisme de Zaha !

Les Aigles sont plaisants à voir jouer avec un milieu de terrain aussi travailleur que technique, aussi intelligent dans le jeu qu’inspiré dans ses passes, mais les hommes de Mohamed Magassouba manquent terriblement d’efficacité. Comme à la 52e, quand Youssouf Koné, bien lancé par Moussa Marega, se pose trop de questions au moment de défier Gbohouo, au point d’en perdre l’équilibre.

Les Ivoiriens, eux, sont à peine mieux dans cette seconde période, mais ont du mal à se montrer en attaque, à part Jonathan Kodja. Mais pas de la meilleure manière. A la 67e minute, il rate tout simplement la balle de match ! Sur une passe en profondeur, l’attaquant d’Aston Villa, seul face à Djigui Diarra qui glisse, rate l’immanquable en ne cadrant pas sa frappe. Les Aigles ont eu chaud. Ce n’est que partie remise; Wilfried Zaha, lui ne rate pas l’occasion de mettre son équipe devant en profitant d’une erreur de Youssouf Koné. Il bat Djigui Diarra derrière (75e). Un but contre le cours du jeu qui sonne comme le hold-up parfait pour les Éléphants.

L'Ivoirien Jonatahn Kodjia face au gardien malien Diarra. RFI/Pierre René-Worms

Les Aigles se ruent à l’attaque mais de façon désordonnée, et la Côte d’Ivoire tient jusqu’au bout en comptant sur Gbohouo, qui sort un grosse parade dans les arrêts de jeu sur un tir de « Noss »Traoré.

Solides, à défaut d’être convainquant, les Ivoiriens vont retrouver l’Algérie jeudi 11 juillet en quarts de finale à Suez (16h TU, 18h heure de Paris).

À lire aussi ► Calendrier, résultats et classements de la CAN 2019

► Si le direct ne s'affiche pas, cliquez ici.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.