CAN 2019: la Côte d’Ivoire qualifiée face à la Namibie - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2019: la Côte d’Ivoire qualifiée face à la Namibie

media Les Ivoiriens célèbrent leur victoire 4-1 face à la Namibie, lors de la CAN 2019. RFI/Pierre René-Worms

L’équipe de Côte d’Ivoire a assuré sa qualification en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations, ce 1er juillet au Caire. Les Ivoiriens finissent deuxièmes du groupe D grâce à leur victoire 4-1 face à la Namibie. Au prochain tour, ils affronteront le vainqueur du groupe E, le 8 juillet à Suez.

Avec notre envoyé spécial au Caire,

L’équipe de Côte d’Ivoire a évité l’affront : elle n’a pas été éliminée au premier tour de la Coupe d’Afrique des nations pour la deuxième édition de suite. Les Ivoiriens disputeront le second tour de la CAN 2019, le 8 juillet à Suez, contre le vainqueur du groupe E (Mali, Tunisie ou Angola).

Les « Éléphants » ont décroché leur qualification en huitièmes de finale en venant à bout d’une vaillante mais limitée opposition namibienne.

À (RE)LIRE ► CAN 2019 : Calendrier, résultats et classements de la Coupe d'Afrique

Des approximations

Face à la Namibie, le sélectionneur ivoirien Ibrahim Kamara avait certifié qu’il y aurait du changement et il a tenu promesse. Nicolas Pépé et Jean Michaël Séri, discrets lors de la défaite face au Maroc (0-1), sont sur le banc de touche au coup d’envoi. Wilfried Zaha se retrouve titularisé sur l’aile gauche, tandis que Max-Alain Gradel est placé en soutien des deux autres attaquants.

Ces ajustements tactiques ne portent leur fruit qu’à la 39e minute, lorsqu’une subtile passe en profondeur du milieu de terrain Franck Kessié permet à Gradel d’ajuster le portier adverse Lloydt Kazapua d’une reprise de demi-volée (0-1). Le joueur de Toulouse était légèrement hors-jeu, mais ni l'arbitre M. Peter Waweru Kamaku, ni ses assistants ne l'ont vu.

De la déconcentration

Avant cette ouverture du score, l’avant-centre Wilfried Bony et ses partenaires se sont montrés trop imprécis pour inquiéter réellement les « Brave Warriors ». Ces derniers se sont même montrés entreprenants puis dangereux, surtout sur un coup de tête trop décroisé de l’avant-centre Peter Shalulile (20e). Un Shalulile qui a buté ensuite sur le gardien de l’équipe ivoirienne, Sylvain Gbohouo (24e).

En deuxième période, une frappe lointaine de Geoffrey Serey Dié, dont la trajectoire est déviée, vient conforter l’avance des double champions d’Afrique (1992, 2015) : 0-2, 58e.

Une victoire aisée semble alors se dessiner pour les « Éléphants ». Mais un moment de flottement dans la défense ivoirienne ouvre la voie du but à Joslin Kamatuka. Gbohouo rate son dégagement, Kanon glisse, et l’attaquant namibien bat le portier ivoirien : 1-2, 71e.

Mais la qualification

Un léger doute plane alors dans le camp de la Côte d’Ivoire. D’autant que les deux Wilfried, Bony et Zaha, multiplient les ratés, entre la 63e et la 84e minute. C’est à cet instant que Zaha soulage les siens avec un tir croisé : 1-3. Et, à la 89e minute, l’ailier Maxwel Cornet, entré en jeu, corse l’addition d’une frappe tendue : 1-4, score final.

Les « Éléphants » terminent deuxièmes du groupe D derrière des Marocains qui ont battu les Sud-Africains (1-0). Les Bafana Bafana sont eux troisièmes devant les Namibiens, derniers.


CAN 2019 : LES RÉACTIONS APRÈS CÔTE D’IVOIRE – NAMIBIE

Wilfried Bony, attaquant de l’équipe de Côte d’Ivoire : « Face à la Namibie, on s’est procuré beaucoup plus d’occasions et on a marqué beaucoup plus de buts que lors des deux premiers matches. On a essayé d’être davantage présents dans la surface de réparation adverse. On a fourni ces efforts ensemble. Ensuite, on a su bien conserver le ballon et rester compacts lorsqu’on ne l’avait plus. […] On prend chaque match comme une étape. La première rencontre n’a pas été facile et la deuxième a été encore plus dure. Durant cette partie-là, les Namibiens nous ont également posés des problèmes. Mais le plus important était de se qualifier c’est ce que nous avons réussi à faire. »

Ricardo Manetti, sélectionneur de l’équipe de Namibie : « Nous avons dominé cette rencontre, la plupart du temps. Mais même si nous avons été dominateurs, la Côte d’Ivoire, elle, a été d’une précision chirurgicale, contrairement à nous. Ça a été la performance de jeunes garçons face à des hommes. Et les hommes, ce soir, c’étaient les Ivoiriens. Ils nous ont punis, ce soir. » [Propos de Manetti recueillis par Paul Myers]

►Si le direct ne s'affiche pas, cliquez ici.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.