CAN 2019: l'heure du baptême du feu pour Madagascar et le Burundi - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2019: l'heure du baptême du feu pour Madagascar et le Burundi

media Nicolas Dupuis, sélectionneur de Madagascar. BERTRAND GUAY / AFP

Le groupe B entame sa Coupe d’Afrique des nations samedi 22 juin à Alexandrie. Deux équipes, Madagascar et le Burundi découvrent le tournoi continental. Les deux autres sont des habituées de la compétition. Le Nigeria avait remporté le titre en 2013 en Afrique du Sud et la Guinée avait joué un quart de finale en 2015 en Guinée équatoriale.  

De notre envoyé spécial à Alexandrie,

Dans le stade d’Alexandrie, inauguré en 1929, Madagascar va vivre son baptême du feu face à la Guinée. Un moment si attendu pour les Baréas qui ont été les premiers à se qualifier pour la phase finale. Sur la pelouse, durant l’hymne national, le onze de départ devrait « ressentir des frissons » comme l’avoue le capitaine Favena Andriatsima. Mais Madagascar n’a pas l’intention de se laisser trop envahir par l’émotion.

Madagascar, le petit poucet

« Nous savons que beaucoup d’équipes nous sont supérieures. Mais nous avons aussi des qualités et on veut créer la surprise. Grâce à Favena Andriatsima, nous avons construit une belle équipe. Au fil du temps, nous a convaincu les meilleurs Malgaches de venir. Et on nous sommes allés à la recherche des binationaux comme Jérémy Morel (Olympique lyonnais) », indique le sélectionneur Nicolas Dupuis. Lors de leur préparation, les Malgaches - qui ont terminé par un stage au Maroc - ont perdu deux rencontres amicales et fait un nul. Mais cela n’empêche pas le sélectionneur d’être confiant : « Nous sommes avec le Burundi le petit poucet. Mais je reste persuadé que tout est ouvert dans ce groupe.  On va faire en sorte que l’adversaire s’adapte à notre jeu, un jeu de possession. On va s’appuyer sur nos qualités. Il faut être prêt le jour J, les matches de préparation c’est autre chose. »

Certes, Madagascar n’a « pas de vedette » comme le précise Nicolas Dupuis. Mais le groupe compte énormément sur sa cohésion pour donner « de la joie au peuple malgache », dixit le capitaine. « C’est déjà du bonus pour nous nous d’être là », avance l’ancien joueur de Sochaux. « On doit faire attention à Madagascar, c’est une bonne équipe. Il arrive pour la première fois en phase finale et ils ont beaucoup d’envie », prévient tout de même Paul Put, le sélectionneur de la Guinée.

Saido Berahino, international du Burundi. Lindsey PARNABY / AFP

Entreprise de taille pour le Burundi

Le Burundi va aussi vivre un grand moment avec sa première participation. Et à voir la joie des joueurs croisés à l’entraînement, ils devraient savourer l’entrée sur la pelouse d’Alexandrie. Il faut dire que contre toute attente, les Burundais ont laissé le Gabon de Pierre-Emerick Aubameyang rester à la maison. Lors de la phase de qualification, le Burundi n’a perdu aucune rencontre. Désormais, même si face au Nigeria l 'entreprise est de taille, il va falloir démontrer que ce ticket pour la CAN 2019 n’est pas un hasard. Alain Olivier Niyungeko, sélectionneur depuis 2016 est bien évidemment conscient de l’enjeu. « Nous sommes tous assis à la même table et on peut rêver. Il faut considérer que nous sommes sur le même pied d’égalité », assure-t-il.

Le coach a travaillé sur le secteur offensif et sur la rigueur pour arriver jusqu’ici. « La discipline c’est le quotidien. Je ne veux pas de laisser-aller. Je dois insister là-dessus pour être à la hauteur de l’évènement. L’organisation dans le football est très importante. Cela nous a aidés pour les matches de qualifications », avance-t-il.  « C’est un honneur pour le Burundi d’être ici en Égypte. Je suis certain que le peuple sera derrière nous. Nous avons eu deux matches amicaux intéressants face à la Tunisie et à l’Algérie et ça nous donne de la motivation avant d’affronter le Nigeria », commente le capitaine des Hirondelles Saido Berahino.

Samedi, dans l’enceinte du stade d’Alexandrie, les cœurs devraient battre très fort au moment où le soleil commencera à se coucher. Et chacune de ces deux équipes novices rêve d’une soirée inoubliable.  

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.