Mondial féminin 2019: les Sud-Africaines, battues mais si fières - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mondial féminin 2019: les Sud-Africaines, battues mais si fières

media Les Sud-Africaines ont ouvert le score contre l'Espagne grâce à Thembi Kgatlana, le 8 juin 2019. Bernadett Szabo/Reuters

Pour leur premier match en Coupe du monde, les Sud-Africaines ont tenu tête longtemps et ont même mené au score face à l'Espagne le 8 juin, avant de craquer dans la dernière demi-heure (3-1). Une déception pour les Banyana Banyana, qui ne ressortent toutefois pas abattues : elles ont fait honneur à leurs couleurs, et leur coach Desiree Ellis, figure majeure du football africain, salue ses joueuses actuelles et passées.

De notre envoyé spécial au stade Océane du Havre,

Il s’en est fallu de peu pour que le premier match de l’histoire de l’Afrique du Sud en Coupe du monde féminine de football tourne à l’exploit. L’Espagne n’est pas l’équipe la plus redoutable du groupe B de ce Mondial en France, mais elle a grandement progressé ces derniers temps et peut se targuer d’une défense très solide. Et c’est cette Roja qui a longtemps peiné ce samedi 8 juin, au stade Océane, face aux novices sud-africaines. Mais le splendide but de Thembi Kgatlana n’a pas suffi en seconde période.

La VAR ? « On doit l’accepter »

Deux penalties – le premier pour une main indiscutable de Janin van Wyk, le second plus discutable pour une faute de Nothando Vilakazi – et un dernier but en fin de rencontre face à des Banyana Banyana en infériorité numérique, ont permis à l’Espagne de renverser et de remporter ce match (3-1). Un scénario qui, forcément, frustre les Africaines.

« C’était vraiment dur. On a fait de notre mieux mais malheureusement, le résultat n'est pas tombé de notre côté. Nous avons joué contre une bonne équipe. Nous avons été malchanceuses de concéder deux penalties. Mais on doit aller de l'avant pour le prochain match », a confié au micro de RFI la défenseure Noko Matlou.

Ces deux penalties, dont celui du 2-1 jugé à la VAR (assistance vidéo) et qui a entraîné l’exclusion de Nothando Vilakazi ? « Ce sont des choses qui arrivent, dans l’intensité de tels matches. La VAR… oui, bon ! Les Espagnoles ont eu deux penalties, elles nous ont punis et ont obtenu le résultat qu’elles voulaient », élude Matlou. « On doit l’accepter. On ne peut pas changer les décisions arbitrales », ajoute Kholosa Biyana, qui se concentre déjà sur le prochain match contre la Chine le 13 juin. « On a perdu le premier. On doit maintenant tout donner sur le suivant. On devra absolument gagner. »

« Nous avons donné une très bonne image de nous-mêmes »

Desiree Ellis, la sélectionneuse de l’Afrique du Sud, regrette ces quelques occasions manquées en première période. « On aurait pu mener 2-0, 3-0. (…) Puis, on a concédé ce penalty. On aurait pu faire mieux en défense sur ce coup, ainsi que sur le second penalty. Nous avions le match entre nos mains », observe-t-elle. Pendant près de 40 minutes, ses joueuses ont fait la course en tête grâce à cette frappe en pleine lucarne signée de la Joueuse Africaine CAF de l’année, Thembi Kgatlana. « Nous savons ce que Thembi peut faire. Elle a un talent incroyable. Quel but fantastique, assez semblable à un but qu'elle a inscrit face au Nigeria », confie Desiree Ellis, qui aurait quand même aimé voir son attaquante encore plus efficace après son ouverture du score.

De ce premier match en Coupe du monde, la coach retient « beaucoup de positif », notamment avec « le plan de jeu qui a bien fonctionné ». Le jeu en contre-attaque a fait trembler la Roja espagnole. « Si on avait marqué le second but sur une de nos occasions, nous discuterions d'un résultat bien différent. Nous avons donné une très bonne image de nous-mêmes. Nous leur avons opposé un gros défi, un gros combat », estime Desiree Ellis.

La Chine, battue plus tôt ce samedi par l’Allemagne (1-0), se dresse maintenant sur la route des Banyana Banyana. « On va revoir ce premier match et voir ce qu'on pourra faire de mieux. Ce match sera déterminant, ce sera comme une finale, un match à gagner à tout prix. On va vite se regrouper et se préparer pour ce match », annonce la sélectionneuse.

 


En 1993, Desiree Ellis faisait partie de la première sélection féminine d’Afrique du Sud. En 2019, c’est elle qui conduit pour la première fois les Banyana Banyana en Coupe du monde. Une grande fierté pour celle qui rend hommage au passé du football sud-africain : « Je pense à toutes les joueuses avec lesquelles j'ai joué, qui ont essayé de se qualifier pour la Coupe du monde. Je pense aussi aux coaches que j'ai eus. Et je pense à toutes ces joueuses passées durant toutes ces années. Je regarde en arrière et cette qualification, c'est pour eux tous. Ils nous ont laissé des fondations, tout ce dont cette génération avait besoin pour arriver jusque-là. On ne peut oublier d'où on vient. C'est pour eux et les millions de fans qui nous suivent. Merci à eux, on espère qu'on les a rendus fiers. Nous avions dit que nous donnerions tout sur le terrain; on l'a fait. Merci de nous supporter. Continuez ainsi ! »

Infographie CDM féminine 2019 chiffres généraux RFI
Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.