Ligue des champions: la finale Espérance-Wydad rejouée sur terrain neutre - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Ligue des champions: la finale Espérance-Wydad rejouée sur terrain neutre

media Lors de la finale retour de la Ligue des champions CAF 2019 entre l'Espérance Tunis et le Wydad Casablanca. FETHI BELAID / AFP

La finale retour de la coupe d’Afrique des clubs (Ligue des champions) 2019 entre l’Espérance Tunis (Tunisie) et le Wydad Casablanca (Maroc) sera bel et bien rejouée sur terrain neutre et après la CAN 2019, vient d'annoncer la Confédération africaine de football, ce 5 juin 2019 à Paris. Le score du match aller 1-1 est conservé. Les Tunisiens devront rendre les médailles et le trophée de vainqueur.

Surprise à Paris, ce 5 juin 2019. La Confédération africaine de football (CAF), dont le Comité exécutif (ComEx) s'est réuni dans un grand hôtel de la capitale française, a pris une décision extrêmement rare : faire rejouer la finale d’une de ses compétitions.

Il s’agit en l’occurrence de la finale retour de la coupe d’Afrique des clubs (Ligue des champions CAF) qui avait dégénéré le 31 mai près de Tunis, entre l’Espérance Tunis (Tunisie) et le Wydad Casablanca (Maroc).

Après la CAN 2019 et sur terrain neutre

La rencontre aura lieu sur terrain neutre, après la Coupe d'Afrique des nations 2019 (21 juin-19 juillet), « à une date à programmer », a précisé un porte-parole de la CAF, lisant un communiqué sous les cris de joie des journalistes marocains et les cris de colère des médias tunisiens. « Les conditions de jeu et de sécurité n’étaient pas réunies lors du match retour, […] empêchant la rencontre  d’arriver à son terme. En conséquence, le match retour devra être rejoué sur un terrain en-dehors du territoire tunisien. » Le score du match aller (1-1) sera, en revanche conservé.

Bien que le trophée ait déjà été soulevé par les Tunisiens, le ComEx a par ailleurs exigé qu'il soit rendu, ainsi que les médailles. Les Espérantistes n'excluent pas, en réponse, de refuser de rejouer et/ou de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS), ont indiqué certains de leurs représentants présents sur place.

Des Tunisiens furieux

Les débats au sein du ComEx ont été beaucoup plus longs que prévus, même si la décision a été officiellement prise à « l'unanimité de ses membres ». La session a débuté le 4 juin et a duré une heure et demi. Puis, après une interruption de 24 heures, à cause du Congrès de la Fédération internationale de football (FIFA), elle a repris ce 5 juin après-midi et a duré plus de cinq heures. À la fin, certains membres du Comité exécutif, dont sont président Ahmad, sont sortis par une porte dérobée pour éviter la presse.

Avant l'annonce, les visages fermés de membres de la délégation tunisienne et les mines satisfaites d'homologues marocains permettaient toutefois déjà de deviner cette issue peu probable. Peu probable en raison des lois du jeu et de l'imminence de la CAN 2019. « Ça mélange football et politique, tout ça, peste Karim, fan tunisien de 37 ans, présent comme beaucoup d’autres devant l’hôtel où siégeait le ComEx. Cette histoire est partie dans tous les sens. C’est la honte pour le football africain, pour la CAF et même pour la FIFA. […] J’étais présent à ce match. Et la sécurité était au top. Il n’y a eu aucun incident, que ce soit au niveau des supporters ou au niveau des équipes ».

Une double finale émaillée de polémiques

Le 31 mai dernier à Radès, la finale retour de la Ligue des champions CAF 2019 s’était pourtant achevée dans la confusion. L’Espérance Tunis, le club local, avait été déclarée vainqueur 1-0 et championne d’Afrique, après 60 minutes de jeu puis 90 minutes d’interruption. Les joueurs adverses, du Wydad Casablanca, avaient refusé de reprendre la partie. Ils protestaient en fait contre la non-utilisation de l’arbitrage vidéo (VAR), les équipements de la VAR étant en panne. A la 61e minute, ils avaient en effet vu leur égalisation refusée par l’arbitre, pour un hors-jeu supposé.

La finale aller, le 24 mai, avait déjà été marquée par des polémiques sur l’arbitrage. À tel point que l’arbitre de la rencontre Gehad Grisha a ensuite été suspendu six mois suite à sa « performance faible ».

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.