CAN 2019: Madagascar dans la dernière ligne droite - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2019: Madagascar dans la dernière ligne droite

media Le coach de Madagascar, Nicolas Dupuis (g), lors de la préparation de la CAN 2019 en Egypte. Photo : Madagascar

À Lisses, en région parisienne, les Bareas sont rassemblés pour un premier stage en vue de la CAN 2019 en Égypte. Après le nul face au Luxembourg (3-3), Madagascar jouera le Kenya le 7 juin en amical à Fleury au stade Robert-Bobin avant de s'envoler au pays. Reportage.

Sourires et bonne humeur. La pluie qui tombe sur la tête des Bareas à l’entraînement ce mercredi 5 juin n’altère en rien cette joie de vivre. Il faut dire que cette première participation à une phase finale de la CAN reste évidemment un moment exceptionnel pour le sélectionneur Nicolas Dupuis et ses hommes.

À Lisses, en région parisienne, les Bareas sont rassemblés pour un premier stage avant de s’envoler pour Madagascar après une rencontre amicale face au Kenya qui a lieu vendredi 7 juin. Dimanche, lors de leur premier match amical de préparation face au Luxembourg, les Bareas ont concédé le nul (3-3) dans les derniers instants de la rencontre. Louant les conditions de préparation idéale, Nicolas Dupuis est conscient qu’il reste encore du travail après ce match. « On sait que le Kenya sera un match différent », avance-t-il.

Ils se sont retroussés les manches

Ensuite, les Bareas s’envoleront pour trois journées à Antananarivo. « Même si ce sera fatigant, cela va être un moment fort pour l’équipe. C’était important pour nous d’aller échanger avec le peuple malgache, explique Nicolas Dupuis. Nous aurons un entraînement ouvert au public et on attend au moins 30 000 personnes. Ça va être fabuleux et on ne risque pas de l’oublier. » Pour terminer, l’équipe partira au Maroc pour un second stage dans la perspective de monter en puissance et travailler la tactique. Il y aura aussi le choix des 23 avant le voyage pour Alexandrie où ils ont leur camp de base.

Malgré la crise du foot malgache, Nicolas Dupuis, son staff et tous ses joueurs se sont retroussés les manches pour vivre cette CAN 2019 du mieux possible. « Le chemin parcouru est énorme. Depuis mars 2016, l’équipe a totalement changé. Il doit me rester trois ou quatre joueurs par rapport au moment où je suis arrivé », dit Nicolas Dupuis qui met en avant cette « aventure humaine » avec le peuple malgache.

Madagascar a été la première équipe à valider son ticket pour la CAN 2019. Selon Nicolas Dupuis, ce premier succès, les Bareas le doivent entre autres à Faneva Imà Andriatsima, le capitaine, attaquant de Clermont Foot en Ligue 2 Française. « Il m’a beaucoup aidé », tient à rappeler Nicolas Dupuis.

Le déclic au Soudan !

« Le déclic, c’était le match au Soudan en 2017 (3-1 lors de la première journée des qualifications de la CAN 2019) », raconte volontiers Faneva Imà Andriatsima. Mais l’ancien Sochalien ne veut pas tirer la couverture à soi. « Quand on a gagné au Soudan, on s'est dit qu’il fallait faire revenir des joueurs et en trouver d’autres. C’est pour cela que l’on est là aujourd’hui. Le mérite revient au coach. Moi, j’ai essayé de rassembler tout le monde. J’ai par exemple dit aux parents de Marco (Ilaimaharitra) qui jouait avec moi à l’époque à Sochaux que le pays avait besoin de lui. Nous avons pris les choses en mains, car c’était l’intérêt de l’équipe nationale ».

Faneva Imà Andriatsima nous l’assure, il y aura des découvertes du côté des Bareas lors de cette CAN. « J’espère pour tous ces joueurs seront la vitrine de Madagascar ».

Comme Faneva Imà Andriatsima, le peuple malgache attend désormais au moins une victoire de son équipe lors de la phase de poule pour « véritablement entrer dans l’histoire ». En attendant, le groupe réuni à table reçoit la visite de Zotsara Randriambololona, blessé, qui ne participera malheureusement pas à la fête du foot africain. « Comme lui, j’espère que toute la nation est derrière nous », conclut Faneva Imà Andriatsima.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.