Riyad Mahrez, le joker double champion d’Angleterre - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Riyad Mahrez, le joker double champion d’Angleterre

media L'Algérien Riyad Mahrez célèbre son titre de champion d'Angleterre le 12 mai 2019 à Brighton. REUTERS/Toby Melville

Sacré champion d’Angleterre ce dimanche 12 mai pour sa première saison à Manchester City, l’Algérien Riyad Mahrez a traversé cet exercice 2018-2019 la plupart du temps dans la peau d’un remplaçant de luxe, sans véritablement décevoir.

Feinte de frappe du pied gauche à 20 mètres, puis tir limpide du droit dans la lucarne, Riyad Mahrez a délivré Manchester City lors du match du titre à Brighton, ce dimanche 12 mai 2019 (1-4).

L’Algérien a longtemps été un coutumier de ce genre de missile libérateur pour porter le score à 3-1. Mais, cette saison, ce temps où Riyad Mahrez éclaboussait tous les week-ends la Premier League de ses dribbles, feintes de corps et autres frappes enroulées du pied gauche, semblait bien loin. Cette époque, c’était celle où l’ailier était un titulaire indiscutable et réussissait tout avec Leicester en 2015-2016 (17 buts, 11 passes décisives) avant d’être sacré champion d’Angleterre, meilleur joueur outre-Manche et joueur africain de l’année, après seulement deux ans passés au plus haut niveau. Trois saisons plus tard, Riyad Mahrez est de nouveau champion mais il est loin d’avoir le même statut à Manchester City.

Riyad Mahrez accompagne du regard sa frappe du droit qui file en lucarne. REUTERS/Toby Melville

Certes, l’ancien joueur du Havre n’a rien perdu de sa qualité technique, mais chez les Skyblues, il n’est pas le seul à exceller dans ce domaine. Cette année, entre Raheem Sterling, Leroy Sané, Bernardo Silva et lui, ils étaient au moins quatre pour deux postes le plus souvent. La deuxième recrue la plus chère de l’histoire du club derrière Kévin De Bruyne (70 millions d’euros), le savait à son arrivée au dernier mercato estival, mais pouvait s’attendre à jouer davantage : 27 apparitions en Premier League pour 14 titularisations, 7 buts inscrits et 4 passes décisives.

Des débuts prometteurs

Pourtant, le joker de luxe n’a jamais déçu son entraîneur Pep Guardiola. Après avoir marqué ses deux premiers buts sous ses nouvelles couleurs, le 22 septembre à Cardiff (0-5), le technicien espagnol faisait l’éloge de son joueur : « C'est un gars qui va beaucoup nous aider. Il a un talent particulier. Nous sommes tellement satisfaits de lui ».

Deux semaines plus tard, Riyad Mahrez manquait un penalty qui aurait pu permettre aux Citizens de battre le rival Liverpool en fin de match (0-0), sans perdre pour autant la confiance de son entraîneur qui a continué de le titulariser régulièrement jusqu’à Noël.

Mais, à partir de janvier, au moment où son équipe rattrapait petit à petit Liverpool au classement, l’homme de rotation s’est le plus souvent contenté de matchs de coupe, marquant à chaque fois son petit but lors des festivals offensifs face à des formations de divisions inférieures. A partir de ce début d’année, l’ailier algérien passe alors la plupart de son temps sur le banc en championnat, tel un remplaçant indiscutable souffrant de la comparaison avec les virevoltants Bernardo Silva et Raheem Sterling, tous deux nommés pour le titre de meilleur joueur de l’année (remporté par le défenseur de Liverpool Virgil van Dijk).

« C’est de ma faute, il n’a absolument rien à voir avec ça, expliquait Pep Guardiola le 16 février, à l’issue d’un huitième de finale de FA Cup remporté à Newport (1-4) et pendant lequel Mahrez a marqué. Cela m’attriste car il s’entraîne formidablement bien. C’est un joueur incroyablement talentueux, mais en ce moment, on a cinq attaquants. On est contents de lui, mais malheureusement, je ne suis pas gentil avec lui. En fait, je ne peux pas lui donner les minutes qu’il mérite, et j’en suis désolé. Je n’ai aucun doute sur ses qualités. Tout ce qu’il a à faire, c’est de continuer, de ne pas trop se plaindre, d’avancer et de se battre, encore et encore. Donnez-lui cinq ou six matchs d’affilée et il sera au niveau des Sterling et Bernardo Silva ».

Sauf que Guardiola ne lui a pas donné cette opportunité. En 2019, Riyad Mahrez n’a jamais disputé plus de trois matchs d’affilée et n’a été titulaire qu’à quatre reprises en Premier League.

Son entraîneur compte sur lui

Avant de débuter cette rencontre décisive à Brighton ce dimanche, l'ailier de la sélection algérienne restait sur six matchs passés entièrement sur le banc de touche après la défaite à Tottenham (1-0) en quart de finale aller de Ligue des champions, le 9 avril.

Il n’en fallait pas plus pour que la presse anglaise évoque un mécontentement du joueur et questionne l’entraîneur des Skyblues sur son avenir. Ce fut notamment le cas la veille d’affronter Manchester United, le 23 avril. Pep Guardiola s’est alors montré très clair: « Riyad Mahrez sera avec nous la saison prochaine, et celle d'après, et celle encore après. Il connaît, comme tout le monde, la concurrence au sein de l'équipe, mais Riyad ne partira pas, il restera ici, il est heureux, et nous le sommes également ».

Pas question de laisser planer le doute. L’ancien coach du Bayern Munich et du FC Barcelone compte sur lui et son joueur le lui rend bien comme en témoigne sa performance XXL, ce dimanche. Et puis, les nouveaux joueurs recrutés par Guardiola deviennent rarement des titulaires indiscutables la première année. Il faut du temps pour se fondre dans le collectif et assimiler sa philosophie de jeu. L'un des derniers exemples en date, Bernardo Silva, titulaire presque toute la saison, l'était beaucoup moins à son arrivée en provenance de Monaco, à l’été 2017. Un sérieux motif d’espoir pour l’ancien joueur de Leicester.

Mahrez, pièce maîtresse de l’Algérie

En attendant de jouer davantage avec Manchester City lors du prochain exercice, Riyad Mahrez sera très attendu cet été en Égypte. Sa sélection, l’Algérie, disputera la Coupe d’Afrique des nations (21 juin-19 juillet), plus deux ans après son élimination dès la phase de groupes au Gabon, et 29 ans après l’unique sacre algérien en 1990. Auteur de 10 buts en 44 sélections depuis 2014, Riyad Mahrez est l’un des hommes forts du sélectionneur Djamel Belmadi. « Je ne construis pas mon équipe autour d’un joueur mais Riyad est très important, presque indispensable précisait-il sur Bein Sport le 5 mai. Pour moi, il a joué suffisamment cette saison et il n’arrivera pas trop éreinté à la CAN ». Chacun y trouve son compte.

Après des éliminatoires franchies sans grande difficulté (3 victoires, 2 matchs nuls, 1 défaite), l’Algérie de Mahrez, dont on ne sait toujours pas s’il sera capitaine, est l’une des équipes favorites malgré ses récents échecs continentaux. Emmenés par Sofiane Feghouli, Ramy Bensebaini, Youcef Atal et Riyad Mahrez, les Fennecs sont parfois capables de fulgurance. Ils affronteront dans le groupe C, le Sénégal, récent mondialiste, ainsi que les modestes équipes de Tanzanie et du Kenya. Rien d’insurmontable pour un double champion d’Angleterre.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.