CAN 2019: l'Egypte, un vrai pays du football africain - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent
Football: le Burkina Faso ne disputera pas la CAN 2019 malgré sa victoire face à la Mauritanie (1-0). L’Angola est qualifiée.

CAN 2019: l'Egypte, un vrai pays du football africain

media Les Egyptiens Ahmed Elmohamady et Mohamed Salah célèbrent leur victoire face au Swaziland (4-1 le 12 octobre 2018) en qualifications pour la CAN 2019. Mohamed Abd El Ghany/Reuters

En 2006, l’Egypte organisait sa quatrième Coupe d’Afrique des nations après 1959, 1974 et 1986. Sur ces 4 éditions, le pays des Pharaons en a remporté 3, qui s'ajoutent aux 4 autres trophées continentaux qu'il a remportés à l'étranger. Dont la toute première édition de la compétition, en 1957 au Soudan. L'Egypte s'apprête donc désormais à accueillir sa 5e CAN en juin 2019.

Depuis longtemps, l’Egypte est l'un des pays les plus importants en matière de football africain. Le troisième pays le plus peuplé d'Afrique reste la première nation africaine à avoir gagné le trophée trois fois de suite (2006, 2008 et 2010).

Des clubs mythiques

En ce qui concerne les autres compétitions continentales, l’Egypte reste aussi un pays phare. En Ligue des champions, le club d'Al Ahly, fondé en 1907 au Caire, détient le record avec 8 titres pour 12 finales. En Coupe de la Confédération, compétition africaine née en 2004, les rouge et blanc se sont imposés en 2014.

« Al-Ahly, ce sont plus de 70 millions de supporters en Egypte, mais sans doute aussi dans d’autres pays. C’est le club le plus titré d’Afrique. Il y a ici une pression populaire assez incroyable, dans une ville tentaculaire où il y a la rivalité avec Zamalek, l’autre grand club cairote », avait déclaré à Jeune Afrique Patrice Carteron, premier entraîneur français à officier au Al Ahly.

Le Zamalek a lui aussi réussi à se construire un palmarès avec 5 Ligues des champions de la CAF, 1 Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe, 3 Supercoupes de la CAF et 1 Ligue des champions arabes.

Les supporters égyptiens sont réputés pour leur sang chaud. « Je me souviens avoir commenté une finale de Ligue des champions d’Ismaily Sporting Club en 2003 protégé par les boucliers des militaires car les sièges volaient », raconte notre confrère de RFI, Frédéric Suteau.

Le renouveau après une traversée du désert

C’est en 1948 que le premier championnat égyptien de football a eu lieu. Il sera interrompu à plusieurs reprises, notamment lors des guerres israélo-égyptiennes entre 1968 et 1972, puis entre 1972 et 1973 dans le cadre de la guerre du Kippour. Plus récemment, le championnat avait été arrêté lors de la Révolution égyptienne de 2011.

Suite au drame de 2012 à Port-Saïd, le public avait été en grande partie interdit lors des matches de championnat jusqu'à 2018. Le 1er février, en effet, des heurts sanglants à l'issue d'une défaite 3-1 d'Al-Ahly contre l'équipe locale d'Al-Masry SC avaient fait 74 morts (pour la plupart écrasés ou étouffés) et environ un millier de blessés.

Tout cela avait valu à l’équipe nationale une traversée du désert. Elle n’avait pas participé à la CAN 2013 en Afrique du Sud, ni à celle de 2015 en Guinée équatoriale. Revenue sur le devant de la scène en 2017 au Gabon, l'Egypte s’offre une finale - perdue - face au Cameroun, où tout le monde attend des miracles de la nouvelle star Mohamed Salah. Et de se qualifier pour son 3e Mondial, en 2018 en Russie.

Des joueurs légendaires

Si les joueurs égyptiens ne s'exportent pas beaucoup, il reste au pays de vraies légendes, à l’image du mythique gardien égyptien Essam El-Hadary, devenu le joueur le plus âgé à disputer une phase finale de Coupe du monde l'an passé. Mahmoud Al-Khatib, surnommé « Bibo », a brillé entre 1972 et 1988 au Al Ahly, où il a effectué toute sa carrière, et aussi avec le maillot des Pharaons avec une victoire lors de la CAN 1986.

Autre nom qui résonne dans tout le pays : Mohamed Aboutrika. Le milieu de terrain a inscrit le tir au but de la victoire, lors de la finale contre la Côte d'Ivoire à la CAN 2006, qui se déroulait dans son pays. Un exploit qu'il renouvellera lors de la finale de l'édition 2008 face au Cameroun dans le cours du jeu.

Aujourd’hui, Mohamed Salah est le meilleur représentant du football égyptien. Le visage de l’attaquant de Liverpool, connu mondialement, orne les murs du Caire aux côtés de certaines des figures les plus emblématiques de l’Egypte, comme la chanteuse légendaire Oum Kalthoum.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.