Après «le match de la honte», l’Italie est écœurée par le racisme dans le foot - Europe - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Après «le match de la honte», l’Italie est écœurée par le racisme dans le foot

media Le joueur de Naples, Kalidou Koulibaly après sa sortie du terrain, le 26 décembre 2018. REUTERS/Alberto Lingria

Émotion en Italie après les incidents qui ont marqué le match de football Inter-Naples, mercredi 26 décembre au stade de San Siro, à Milan. Les violences qui ont précédé la rencontre ont fait cinq blessés et un supporter de l’Inter de Milan est décédé jeudi des suites de ses blessures. Le match lui-même a été joué, en dépit des insultes racistes constantes adressées au défenseur de Naples, le franco-sénégalais Kalidou Koulibaly.

Avec notre correspondante à Rome, Anne Tréca

Depuis mercredi 26, l’Italie ne parle que de ce match. Dans un tweet, Kalidou Koulibaly a lancé « je suis fier de la couleur de ma peau, d’être français, sénégalais, napolitain… un homme ». Une déclaration reprise par des dizaines de milliers d’internautes. Les messages de soutien exprimés au défenseur napolitain ont également fusé, comme les excuses du maire de Milan, supporter de l’Inter, au nom des Milanais.

Les Italiens sont lassés de ces excès à répétition. L’ancien entraineur de Naples ne va même plus voir les marches à cause de ce racisme qui pourrit l’ambiance.

Les sanctions sont faibles. Des amendes dérisoires pour les équipes et les matches joués sans public n’ont visiblement aucun effet calmant. Les ultras, souvent proches de l’extrême-droite, affichent toujours davantage leur intolérance et leur racisme.

Avec un mort, la violence des ultras a franchi un seuil jugé insupportable. La fédération promet de revoir son approche du hooliganisme et du côté du gouvernement, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a annoncé un tour de vis contre le racisme et la violence dans le football. Ne s’agit-il que d’une réaction dictée par la médiatisation de ce match de la honte ou l’Italie serait vraiment capable de soigner son football malade ?

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.