Cameroun: Seidou Mbombo Njoya élu à la tête d’une Fécafoot en crise - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Cameroun: Seidou Mbombo Njoya élu à la tête d’une Fécafoot en crise

media - Fécafoot

Seidou Mbombo Njoya a été élu président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), ce 12 décembre 2018. Cet ancien vice-président de la Fécafoot arrive à la tête d’une institution minée par plusieurs années de guerres intestines et qui a été placée sous tutelle par la Fédération internationale (FIFA) à deux reprises depuis 2013.

L’interminable crise au sein de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a-t-elle trouvé son épilogue, ce 12 décembre 2018, après plus de cinq années de rebondissements rocambolesques ? Seidou Mbombo Njoya a été élu à la présidence de la Fécafoot avec 46 voix sur les 66 exprimées. « Je suis très heureux d’avoir remporté cette élection, a savouré l’élu, au micro de notre correspondant Joël Wadem. Ça a été une bataille extrêmement difficile. Je félicite et je rends hommage à mes adversaires ».

Joseph-Antoine Bell, ex-gardien de but des « Lions indomptables » et actuel consultant de RFI, faisait figure de principal rival à Seidou Mbombo Njoya. Mais, avec 17 voix, il n’a pu empêcher l’ex-vice-président de la Fécafoot d’accéder à la fonction suprême.

Un vieux routier du football africain

Seidou Mbombo Njoya est un vieux routier du football camerounais et africain. Il a été président du Fédéral du Noun, un club de 2e division. Il a également été responsable du Protocole d’Issa Hayatou à la Confédération africaine de football (CAF). Il a par ailleurs été directeur du bureau de la Fédération internationale de football (FIFA) en Afrique centrale.

« J’aimerais remercier mes pairs délégués qui m’ont accordé leur confiance, a poursuivi Seidou Mbombo Njoya. Je voudrais leur dire combien j’apprécie le fait qu’ils aient répondu à mon appel pour que, ensemble, on puisse rassembler, rebâtir, reconstruire notre football sur la base de valeurs telles que l’éthique, la bonne gouvernance et la professionnalisation du foot ».

Une Fécafoot en crise

Seidou Mbombo Njoya a du pain sur la planche. La perte de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2019 n’est que le plus récent problème auquel la Fécafoot a été confrontée ces dernières années.

La Fédération camerounaise a en effet été mise sous tutelle par la FIFA, à deux reprises, suite à d'invraisemblables querelles intestines. La première fois, c'était en 2013, lorsque la réélection d’Iya Mohammed à la tête de la Fécafoot a été annulée par les autorités locales. L’ancien dirigeant de la Société de développement du coton (Sodecoton) est depuis en prison et a été jugé coupable de détournements de fonds au sein de la Sodecoton, en septembre 2015.

La deuxième fois, c'était en 2017. La FIFA a remis les mains dans le cambouis lorsque l’élection de Sidiki Tombi A Roko de 2015 a été invalidée. Un Comité de normalisation (Conor) avait été instauré. Le mandat de ce Conor a théoriquement pris fin ce 12 décembre 2018. La Fécafoot est donc censée retrouver un statut de fédération à part entière. En théorie.

Chronologie et chiffres clés
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.