CAN 2018: 9e sacre continental pour les insubmersibles Nigérianes - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2018: 9e sacre continental pour les insubmersibles Nigérianes

media Les Super Falcons du Nigeria ont remporté la CAN 2018 en battant les Banyana Banyana d'Afrique du Sud en finale au Ghana. Courtesy of CAF

La finale de la Coupe d’Afrique des nations 2018 s’est décidée au bout du bout entre le Nigeria et l’Afrique du Sud à Accra, ce samedi. Et après 90 minutes sans but, les Super Falcons ont fini par venir à bout des Sud-Africaines (0-0, 4 tirs au but à 3). La domination des Nigérianes sur le football africain perdure, tout comme la malédiction des Banyana Banyana, battues pour la cinquième fois en finale.

La suprématie nigériane a vacillé, mais elle tient toujours ! Et le football féminin d’Afrique ne change pas de reines. Cette 13e édition de la Coupe d’Afrique des nations s’est conclue ce samedi 1er décembre au Ghana sur la victoire du Nigeria contre l’Afrique du Sud. Les Nigérianes, sacrées lors des deux CAN précédentes, ne connaissent toujours pas le goût de la défaite en finale.

Oshoala manque un penalty crucial

Les Super Falcons auraient pourtant pu être battues pour la première fois en finale. Car ce samedi, c’était la journée des premières à l’Accra Sports Stadium, théâtre de cette finale. Dans la capitale ghanéenne, la CAN 2018 s’est jouée en prolongation et aux tirs au but. C’est inédit. Après les 90 premières minutes réglementaires, ni le Nigeria, ni l’Afrique du Sud n’avait trouvé le chemin des filets. Ça aussi, c’est nouveau. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé.

Les deux finalistes se sont surtout observés en première période. Après la pause, la domination globale du Nigeria s’est accentuée et les occasions ont été plus nombreuses pour les joueuses coachées par Thomas Dennerby. Jusqu’à cette 74e minute et le tournant de cette finale, quand la gardienne sud-africaine Kaylin Swart est sortie en retard devant Francisca Ordega et a concédé un penalty indiscutable sifflé par l’arbitre Mme Gladys Lengwe. Asisat Oshoala, buteuse en 2014 en finale face au Cameroun, a pris ses responsabilités. Mais l’attaquante a craqué : après avoir pris beaucoup d’élan, Oshoala a trop croisé son tir et manqué le cadre, au grand soulagement de Kaylin Swart. La rencontre s’est donc poursuivie sur ce score de 0-0 jusqu’à la fin du temps réglementaire.

Oluehi sort l’ultime tir au but sud-africain

En prolongation, l’Afrique du Sud est parvenue à gratter quelques occasions, via notamment une percée audacieuse plein axe de Thembi Kgatlana ou une demi-volée bien équilibrée signée Linda Motlhalo. Mais Tochukwu Oluehi, peu sollicitée auparavant, s’est montrée rassurante sur sa ligne. La gardienne des championnes d’Afrique en titre a confirmé en claquant hors du cadre un coup franc lointain qui filait sous sa barre, à deux minutes du terme. C’était un bon moyen aussi pour prendre confiance avec la fatidique séance de tirs au but qui se présentait alors.

Une séance qui a mal commencé pour les Super Falcons. Onome Ebi, la première tireuse, a envoyé sa tentative sur le poteau. Mais plus tard, la Sud-Africaine Lebohang Ramalepe a frappé au-dessus de la barre transversale, permettant au Nigeria de revenir. Après cinq tirs, le Nigeria menait 4-3. Linda Motlhalo, cinquième et dernière tireuse pour l’Afrique du Sud, devait alors marquer pour maintenir son pays en vie. C’était sans compter sur Tochukwu Oluehi. La gardienne nigériane s’est parfaitement détendue et a sorti le tir de son adversaire, sacrant ainsi son équipe.

Les Nigérianes sont sans rivales en Afrique

Francisca Ordega, attaquante du Nigeria, a reçu le titre de meilleure joueuse de la finale, tandis que Thembi Kgatlana, attaquante de l’Afrique du Sud, a été nommée meilleure joueuse de la compétition. Une maigre consolation pour des Banyana Banyana maudites. Certes, elles joueront la Coupe du monde 2019 en France, en compagnie du Nigeria (champion d’Afrique) et du Cameron (3e de cette CAN). Mais cela fait désormais cinq défaites en autant de finales pour les Sud-Africaines, dont trois face au Nigeria…

Un Nigeria qui règne plus que jamais sur le football africain féminin. En onze éditions de la Coupe d’Afrique des nations, les Super Falcons l’ont emporté à neuf reprises* (1998, 2000, 2002, 2004, 2006, 2010, 2014, 2016 et 2018). En 2008, elles finirent à la troisième place. Il n’y a qu’en 2012 que les Nigérianes ne furent pas sur le podium (quatrième). Nul doute que dans deux ans, au Congo-Brazzaville, le Nigeria sera encore un sacré client favori à sa propre succession.

* les premières éditions de 1991 et 1995 se jouaient sous un autre format et ne sont généralement pas comptabilisées comme des victoires de CAN, comme le montre aussi le tweet des Super Falcons.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.