CAN 2019: pas de décision dévoilée avant la présidentielle au Cameroun - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2019: pas de décision dévoilée avant la présidentielle au Cameroun

media Le président de la CAF, le Malgache Ahmad. KHALED DESOUKI / AFP

Dans un entretien accordé au site lemonde.fr, Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF), assure que la « CAF n’effectuera aucune communication » concernant le maintien ou pas de la Coupe d’Afrique des nations 2019 au Cameroun, avant l’élection présidentielle prévue dans ce pays le 7 octobre 2018. « Nous ne voulons pas perturber la campagne », ajoute le Malgache.

Rendez-vous fin novembre au Ghana pour savoir si le Cameroun organisera bien  la Coupe d’Afrique des nations 2019 l’été prochain. En décidant d’attendre la tenue de l'élection présidentielle camerounaise (7 octobre), le président de la Confédération africaine de football (CAF) a d’une certaine manière sous-entendu qu’il ne voulait pas mettre les autorités locales dans l’embarras, Paul Biya en tête. Le chef de l’Etat a en effet fait de la tenue de la CAN 2019 une promesse.

« Nous ne voulons pas perturber la campagne, a indiqué le patron de la CAF, Ahmad, au site lemonde.fr, alors qu’une décision sur la CAN 2019 était pourtant espérée ce 28 septembre en Egypte, lors d’une réunion du Comité exécutif (ComEx) de la Confédération. En 2017, la CAF avait attendu la fin de la présidentielle au Kenya pour annoncer sa décision de lui retirer l’organisation du Championnat d’Afrique des nations [le CHAN, deuxième compétition africaine la plus importante après la CAN, Ndlr]. Ce n’est pas moi qui vais décider seul si le Cameroun peut organiser ou non la compétition ».

Nouvelles visites d’inspection au Cameroun

Il n’empêche : ne pas conforter le Cameroun en tant que pays hôte, à 9 mois d’une phase finale désormais annoncée du 15 juin au 13 juillet, est un signal négatif envers le pays désigné en septembre 2014.

Ce vendredi, le Comité exécutif a étudié le rapport dressé par ses propres services ainsi que l’audit réalisé par le cabinet Roland Berger sur les préparatifs camerounais. Une « vidéo projetée a permis de constater un retard important dans la réalisation des infrastructures », indique le rapport du ComEx.

Ahmad n’a jamais caché son inquiétude concernant l’avancement des travaux. « Il y aura encore un complément de visite d’inspection sur les infrastructures, a indiqué Ahmad, ce 28 septembre au micro de Cellou Tata Diallo. Il y aura une visite d’inspection sur la sécurité. Et nous nous retrouverons fin novembre 2018 pour prendre la décision qu’il faut ».

«Pourquoi ne parle-t-on pas de l’Afrique du Sud ou de l’Egypte ?»

Interrogé par lemonde.fr sur les recours éventuels, le Malgache n’exclut pas le Maroc, régulièrement annoncé comme solution toute désignée. Mais il ajoute : « Pourquoi ne parle-t-on pas de l’Afrique du Sud ou de l’Egypte ? Ces pays disposent de toutes les infrastructures nécessaires. »

Chronologie et chiffres clés
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.