Foot: la Centrafrique sous pression à cause de dettes envers un ex-coach - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Foot: la Centrafrique sous pression à cause de dettes envers un ex-coach

media Le président de la Fédération centrafricaine de football, Patrice Edouard Ngaissona. FADEL SENNA / AFP

L’équipe de football de la République centrafricaine sera exclue des éliminatoires pour la Coupe du monde 2022 si elle ne rembourse pas avant ce 21 septembre 2018 à minuit 128.000 dollars de salaires impayés à son ex-sélectionneur, Jules Accorsi. La Fédération internationale (FIFA) assure toutefois qu’une éventuelle sanction ne concernerait que les qualifications pour le Mondial et donc pas celles pour la CAN 2019, a priori.

La tension monte à Bangui autour de l’équipe nationale de football, engagée en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2019). Depuis 48 heures, la menace d’une disqualification dans le groupe H (Côte d’Ivoire, Guinée, RCA, Rwanda) est régulièrement évoquée, alors que les « Fauves du Bas-Oubangui » s’apprêtent à affronter les Ivoiriens à Bouaké le 12 octobre (3e journée) et le 16 octobre à domicile (4e journée). En cause : les arriérés de salaires dus à l’ancien sélectionneur de la Centrafrique, Jules Accorsi, en poste de 2010 à 2012. Somme à rembourser avant ce 21 septembre 2018 à 23h59.

Interrogé par la correspondante de RFI à Bangui, Charlotte Cosset, le Secrétaire général de la Fédération centrafricaine (FFC), Germain Didier Simplice Nguimba,  reconnaît que la FFC doit encore 128.000 dollars (70 millions de francs CFA environ) au Français. Pour l’heure, 50.000 dollars auraient été prélevés par la Fédération internationale de football (FIFA) sur les subventions destinées à la FFC. Mais cette dernière assure que les autorités de leur pays ont en outre effectué des gestes d’apaisement [1] envers Jules Accorsi. « Nous lui avons donc demandé de pouvoir intervenir auprès de la Commission de discipline (de la FIFA) pour surseoir à la sanction qui devrait frapper la Fédération centrafricaine, indique Germain Didier Simplice Nguimba. Je crois que les "Fauves" vont jouer cette CAN ».

Recours déposés auprès de la FIFA

Problème : cette version de la FFC est en partie démentie à rfi.fr par le technicien âgé de 81 ans et par l’un de ses avocats, Maître Redouane Mahrach (cabinet RMS Avocats), joints par téléphone. Il y a bien eu deux virements venus de Bangui, dont un en avril 2018. Mais on serait encore loin du compte, financièrement.

« Je reçois des coups de fil de Centrafrique et on me dit que je dois intervenir (auprès de la FIFA), raconte Jules Accorsi. Si, demain, ils nous versent la totalité de ce qu’ils nous doivent, on demandera à la FIFA de les rétablir dans leurs droits ». Il ajoute toutefois, amer : « Les Centrafricains participent à la CAN, ils participent à la Coupe du monde. En plus, ils ont un entraîneur européen qu’ils paient. Mais ils ne me paient pas, moi  ! »

Les représentants de Jules Accorsi, maître Redouane Mahrach et son associée maître Tatiana Vassine, ont certes été déboutés par le Tribunal arbitral du sport (TAS), suite à l’audience du 16 mars 2018. Mais leur demande de sanction auprès de la Commission de discipline de la FIFA est toujours valable. Et ils ont réclamé son extension à d’autres compétitions, comme les éliminatoires des Coupes d’Afrique des nations. « C’est un dossier qui a presque six ans maintenant, explique Maître Redouane Mahrach. Si on n’a pas de paiement ou de proposition de paiement avant ce week-end, ils seront interdits de tournoi préliminaire de la Coupe du monde 2022. Parallèlement, nous avons redemandé à ce qu’ils soient privés de CAN jusqu’à ce qu’ils aient réglé leurs dettes. C’est en cours d’instruction ».

Le service de communication de la FIFA, contacté par rfi.fr, assure toutefois que si suspension il y a, elle ne concernera que les éliminatoires du Mondial… Une source proche de la Confédération africaine de football (CAF) estime par ailleurs que la CAF n'exclura pas automatiquement la RCA des qualifications pour Cameroun 2019 en cas de suspension pour Qatar 2022.

Le staff préfère se concentrer sur son travail

A noter que l’actuel sélectionneur des « Fauves », Raoul Savoy, a découvert récemment cette éventuelle menace de disqualification. Le Suisse préfère toutefois se concentrer sur sa mission : battre les « Eléphants » et rapprocher ainsi la RCA de sa toute première participation à une phase finale de Coupe d’Afrique des nations. Pour se faire, il devrait finalement pouvoir compter sur le renfort du milieu de terrain Geoffrey Kondogbia. Le pensionnaire du Valence CF (Espagne), qui a porté les couleurs de l’équipe de France à cinq reprises, pourrait être remis à temps d’une entorse.


[1] La Fédération évoque un virement bancaire de 35 millions de Francs CFA effectué en janvier 2018 par le gouvernement centrafricain mais qui ne serait toutefois jamais parvenu jusqu'à Jules Accorsi. Ce dernier indique avoir reçu deux deux versements, dont un en avril 2018.

Chronologie et chiffres clés
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.