Mondial 2018: El Hadary, un record en forme de consolation pour l’Egypte - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mondial 2018: El Hadary, un record en forme de consolation pour l’Egypte

media Essam El-Hadary lors du match Arabie saoudite-Egypte, le 25 juin 2018 REUTERS/Darren Staples

Le mythique gardien égyptien Essam El-Hadary, aligné d'entrée de jeu lundi face à l'Arabie saoudite, est enfin devenu à 45 ans et 161 jours, le joueur le plus âgé à disputer une phase finale de Coupe du monde. Et pour marquer le coup, il a même arrêté un penalty, avant de céder sur un second. La défaite 2-1 est cruelle, mais l'histoire est belle.

Déjà légendaire sur le continent africain, El-Hadary a fini par entrer dans les annales du Mondial même si l'attente fut longue. Car malgré quatre CAN à son palmarès (1998, 2006, 2008, 2010) et plus d'une vingtaine de trophées décrochés, le portier n'avait jamais pu disputer jusqu'à présent le plus grand tournoi de la planète, compétition qui se refusait à l'Egypte depuis 1990.

Mais plus d'un quart de siècle plus tard et deux matches du Mondial 2018 passés sur le banc, sa patience a finalement été récompensée par un drôle de record du monde: titularisé contre l'Arabie Saoudite, il devient le joueur le plus âgé à disputer une Coupe du monde, effaçant la marque détenue par le gardien colombien Faryd Mondragon (43 ans et trois jours) depuis 2014.

Force mentale

Une forme de consécration dans une carrière aux bords des oubliettes après le dernier sacre continental de 2010, point de départ de descente aux enfers du foot égyptien. Au-delà d'une hygiène de vie remarquable, El-Hadary reste un gardien talentueux, capable de gagner un match à lui seul. L'Egyptien, qui avait notamment écœuré Didier Drogba lors d'une séance de tirs aux buts épique en 2006, raffole surtout des duels sur penalty. Cela s'est vu contre les Saoudiens. Cela n'a toutefois pas suffi à l'Egypte, partie sur une troisième défaite. Rendez-vous quand même en 2022 pour le prochain Mondial. Avec El-Hadary ?

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.