Mondial 2018: Mehdi Benatia, l’incontournable Lion de l’Atlas - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mondial 2018: Mehdi Benatia, l’incontournable Lion de l’Atlas

media Mehdi Benatia lors d'un entraînement en Russie, le 13 juin 2018. FADEL SENNA / AFP

Enfant de la banlieue parisienne, né d’un père marocain et d’une mère algérienne, Mehdi Benatia a dû s’exiler en Italie pour embrasser une carrière de footballeur. De l’Udinese où il s’est construit, à la Juventus Turin où il est devenu titulaire,  le Lion de l’Atlas n’a jamais lâché son rêve de devenir un acteur du ballon rond. Vendredi 15 juin, il débutera à Saint-Pétersbourg face à l’Iran sa première Coupe du monde.

De notre envoyé spécial à Saint-Pétersbourg,

Une porte fermée ne signifie pas toujours que tout est perdu. En France, Mehdi Benatia n’a jamais eu l’occasion de côtoyer l’élite. Le jeune homme avait dû se contenter du deuxième échelon à Tours puis à Clermont (Ligue 2). Ni Marseille ni Lorient n’avait eu l’idée d’enrôler le futur capitaine de l’équipe du Maroc passé par les centres de formation de Clairefontaine puis de Guingamp.

L'Udinese pour se lancer

Qu’à cela ne tienne, c’est en Italie qu’il tentera de trouver refuge du côté de l’Udinese qu’il quitte en 2010. Ses trois années à Udine ont fait de lui un très bon défenseur. Résultat des courses, depuis, il a porté le maillot de deux géants du football européen : le Bayern Munich, où il sera ponctuellement confronté à des blessures, et la Juventus Turin. Sans compter son passage à la Roma. « On s’est peut-être planté sur Mehdi. C’est vrai que l’on n'a pas vraiment cru à un projet avec lui », avait fini par dire José Anigo, entraîneur à Marseille.

Aujourd’hui, contre toute attente,  Mehdi Benatia, 31 ans, devenu international en novembre 2008, s’apprête à faire son entrée en Coupe du monde face à l’Iran. Une forme de couronnement pour le Meilleur joueur maghrébin 2017 qui a permis au Maroc de se qualifier en inscrivant le deuxième but face à la Côte d’Ivoire à Abidjan, lors de la dernière journée de la phase de qualification. Une première depuis 1998. « Dans ma carrière, c’est le moment inoubliable, la plus grande fierté », a confié à France 24 le finaliste de la Ligue des champions 2017, double champion d’Italie et d’Allemagne.

Jusqu’à présent, Mehdi Benatia n’a pas eu beaucoup l’occasion de vivre de grandes émotions avec son pays. Absent des Coupes du monde 2010 et 2014, et peu brillant lors des Coupes d’Afrique des nations, le Maroc a dû attendre l’arrivée d’Hervé Renard en 2016 pour retrouver le sourire. L’ancien sélectionneur de la Zambie et de la Côte d’Ivoire a rendu Mehdi Benatia indispensable sur et en dehors des terrains. Brassard autour du bras, Benatia a fait du Maroc une équipe infranchissable et hermétique. Aucun but encaissé lors de la phase de qualification. Le binational a conquis le peuple marocain, même si quand il s’exprime en arabe, « les gens ont gentiment tendance à sourire », comme nous l’indique un autochtone. Pourtant, Mehdi Benatia a vécu des relations compliquées avec sa sélection.

Une saison solide avec la Juventus Turin

En dehors de cette qualification pour le Mondial, le joueur des Lions de l’Atlas a vécu une saison très solide avec la Juventus. En finale de la Coupe d’Italie, il s’est fendu d’un doublé face à l’AC Milan. Il faut dire qu’auparavant, il avait commis une erreur de placement lors d’un Juventus–Naples aux faux airs de finale de Série A. Ce qui avait permis au Sénégalais Kalidou Koulibaly d’inscrire un but à la 89e minute. La mort dans l’âme, Benatia était resté sur le banc lors des deux rencontres suivantes.

« Tout n’a pas été facile. Maintenant, dans une carrière, on a toujours ce que l’on mérite. On sait ce que l’on a dû faire pour être là. Il va falloir être combatif et irréprochable », raconte Benatia à la veille de son premier match de Coupe du monde. L’homme a conscience que l'occasion ne se représentera plus.

En 1986 à Mexico, le Maroc était devenu la première équipe africaine à se qualifier pour le second tour d'un Mondial. Mehdi Benatia, natif de Courcouronnes en banlieue parisienne, rêve de cet exploit. Une autre porte à ouvrir.

Retrouvez le calendrier des matchs et le classement des équipes

Toute l'actualité de la Coupe du monde 2018
RFI

 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.