Le Maroc se remet en selle pour accueillir le Mondial 2030 - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Le Maroc se remet en selle pour accueillir le Mondial 2030

media Moulay Hafid Elalamy, président du comité de candidature du Maroc à l'organisation de la Coupe du monde 2026, le 13 juin 2018 à Moscou. REUTERS/Sergei Karpukhin

Battu dans la course à l’organisation de la Coupe du monde de football 2026, le Maroc a annoncé qu’il se porterait candidat, pour la sixième fois de son histoire, afin d’accueillir l’événement en 2030

La réaction n’aura pas tardé. Au lendemain de sa cinquième défaite dans une course à l’organisation de la Coupe du monde de football, et à peine remis de sa déception, le Maroc a annoncé jeudi 14 juin qu’il serait de nouveau candidat, cette fois pour l’édition de 2030.

Le ministre des Sports Rachid Talbi Alami a précisé que « sur instruction de sa majesté le roi Mohammed VI » le royaume allait « candidater pour l'organisation du Mondial 2030 ».

Cinq fois candidat malheureux à l'organisation (en 1994, 1998, 2006, 2010 et 2026), le royaume espère devenir le second pays du continent, après l'Afrique du Sud en 2010, à accueillir l'événement.

Quand l'Arabie saoudite fait défaut

Le 13 juin, sa candidature pour l’organisation de la Coupe du monde 2026 avait été balayée par celle menée conjointement par le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. Le vote du congrès de la Fifa, tenu à Moscou, avait été sans appel : 134 votes (67%) pour la  candidature « United » contre 65 voix (33%) pour le Maroc dès le premier tour.

Du côté marocain, si la très grande majorité des membres africains de la Fifa avaient soutenu la candidature, de même que quelques « pointures » telles que la France ou l’Italie, des voix avaient cependant fait défaut. Ainsi  une pluie de critiques s’était abattue sur l'Arabie saoudite, allié traditionnel du Maroc. Au total, sept pays arabes, pour la plupart considérés comme des alliés, avaient voté pour le dossier américain.

De son côté, Cheikh Tamim, l'émir du Qatar, qui accueillera la Coupe du monde en 2022, avait informé le roi Mohammed VI dès mercredi soir du « plein soutien [de son pays] dans le cas où le royaume présente sa candidature à l'organisation du Mondial-2030 ».

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.