Ghana: suspectée de corruption, la Fédération de football est dissoute par le gouvernement - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

Le gouvernement maltais a annoncé mardi 25 septembre qu'il autorisera le débarquement sur son territoire des 58 migrants secourus en Méditerranée par le navire humanitaire Aquarius et que ces derniers seront «immédiatement répartis» dans d'autres pays, dont le Portugal, l'Espagne et la France. «Les 58 migrants à bord de l'Aquarius seront transbordés sur un navire maltais dans les eaux internationales et conduits à Malte», a écrit le Premier ministre maltais Joseph Muscat sur son compte Twitter.

Ghana: suspectée de corruption, la Fédération de football est dissoute par le gouvernement

media Kwesi Nyantakyi, le président de la Ghana Football Association, est soupçonné de plusieurs délits de corruption. Carl De Souza/AFP

La polémique enfle un peu plus au Ghana où le gouvernement a annoncé ce jeudi 7 juin la dissolution de la Fédération ghanéenne de football. Cette dernière se retrouve au coeur d'un scandale de corruption, dont la "nature massive" pousse le gouvernement à cette mesure radicale.

C'est une histoire qui fait tâche dans le paysage du football ghanéen, encore plus avec la CAN féminine 2018 en fin d'année. Les plus hautes instances du football sont touchées par un scandale de corruption. La polémique est telle que le gouvernement du Ghana a pris une décision ce jeudi 7 juin: la Fédération ghanéenne de football va être dissoute.

Le gouvernement, porté par la voix de Mustapha Abdul-Hamid, ministre de l'Information, a « décidé de prendre des mesures immédiates pour la dissolution de la fédération ghanéenne de football » en raison de « la nature massive de la corruption présumée ». Tout s'est emballé à partir de mercredi.

Le président Kwesi pris en flagrant délit de corruption

A Accra, un documentaire explosif a été présenté mercredi 6 juin en avant-première au Centre international de conférence de la capitale. Son nom: « Number 12 ». Il a été réalisé par Anas Aremeyaw Anas, un journaliste infiltré avec son équipe, et connu dans son pays pour avoir révélé de nombreuses affaires de corruption. Lui et ses associés ont enquêté pendant deux ans.

Dans « Number 12 », les plus hauts dirigeants du football ghanéen sont visés, dont le plus célèbre d'entre eux: Kwesi Nyantakyi, le président de la Ghana Football Association (FA Ghana). Piégé par des journalistes d'investigation, Kwesi Nyantakyi apparaît proposant à de prétendus « investisseurs » de juteux contrats.

Le dirigeant propose par exemple 11 millions de dollars pour faciliter à ces « investisseurs » l'accès à des personnalités clés du gouvernement, dans le but d'obtenir d'importants contrats. Lors de rencontres à Dubai (Emirats arabes unis), Nyantakyi suggère aussi la création d'une société écran qu'il dirigerait dans l'ombre contre de grosses commissions. Ladite société écran serait chargée des sponsors de la Ghana Premier League, le championnat d'élite ghanéen.

Le président de la République a déposé plainte lui-même

D'autres dirigeants de la FA Ghana ainsi que des arbitres apparaissent également dans le documentaire. Certains acceptent des pots-de-vin pour influencer la sélection de joueurs, ou encore pour truquer l'issue de certains matches de championnat.

Fin mai, la police avait déjà ouvert une enquête à l'encontre de Kwesi Nyantakyi. Le président de la République Nana Akufo-Addo avait déposé plainte après avoir consulté le documentaire d'Anas Aremeyaw Anas - ce dernier fait depuis l'objet de menaces de mort -. Le chef d'Etat accusait Kwesi Nyantakyi d'avoir utilisé « frauduleusement le nom et le bureau du Président » pour des affaires personnelles.

Après l'onde de choc, quel avenir pour le football ghanéen ?

Joint par Teteh Ahadji, correspondant de RFI, le président de l'Association des clubs du Ghana Kodjo Fianou a déclaré être « très choqué » par toutes ces révélations. « Les mots me manquent. Cette affaire est très mauvaise pour le football ghanéen », a-t-il confié avant que le gouvernement n'annonce cette dissolution. Abasourdi, Kodjo Fianou a ajouté: « Je suis choqué en voyant dans le documentaire un membre de mon propre staff en flagrant délit de corruption. Je ne sais vraiment pas quoi dire. Il fut d'abord que je me remette du choc. »

Mustapha Abdul-Hamid, le ministre de l'Information, assure que « le gouvernement veillera à ce que les réformes nécessaires soient mises en oeuvre de manière urgente pour assainir la gouvernance du football dans le pays ».

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.