Mondial 2018: le Tunisien Hamdi Harbaoui verra-t-il la Russie ? - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mondial 2018: le Tunisien Hamdi Harbaoui verra-t-il la Russie ?

media Le Tunisien Hamdi Harbaoui. AFP PHOTO / FETHI BELAID

Très en forme avec Zulte-Waregem en Belgique, l’attaquant Hamdi Harbaoui espère certainement que le sélectionneur tunisien Nabil Maâloul fasse appel à lui. Même si l’Aigle de Carthage n’a pas été sélectionné depuis le 12 juin 2017.

A quelques jours de la diffusion de la liste des Aigles de Carthage pour le Mondial 2018 en Russie, Hamdi Harbaoui est en forme. Le joueur qui évolue depuis cet hiver avec Zulte-Waregem enchaîne les buts. A 33 ans, celui qui pourrait retrouver la Belgique durant le Mondial, est encore dans la peau d’un « renard de surface ». Hamdi Harbaoui a inscrit un nouveau triplé avec Zulte-Waregem mardi 8 mai face à Waasland-Beveren. En avril, il avait réussi un quadruplé face à Mouscron.

L’ancien joueur de l’Espérance de Tunis ignoré par Nabil Maâloul

Après son passage peu convaincant à Anderlecht, Harbaoui a donc retrouvé la forme, de quoi envoyer un message au sélectionneur tunisien Nabil Maâloul qui continue pourtant de l’ignorer. Avec 16 matches et 4 buts depuis sa première convocation en 2012, l’ancien joueur de l’Espérance de Tunis ne fait pas partie des plans de la sélection.

Sa dernière apparition date du 12 juin 2017 lors d’une rencontre face à l’Egypte pour la première journée de qualification de la CAN 2019. Pour le reste, Harbaoui n’a pas participé aux quatre derniers matches de la campagne de qualification pour le Mondial (2018). En ce qui concerne les deux rencontres amicales face à l’Iran et au Costa Rica en mars dernier, il était aussi resté à la maison.

Auteur de déclarations polémiques après la CAN 2013 en Afrique du Sud, Harbaoui avait été écarté et avait fini par faire des excuses. La faute à des critiques acerbes envers Sami Trabelsi, l’ex-sélectionneur des « Aigles de Carthage », et envers la Fédération tunisienne (FTF), après une Coupe d'Afrique des nations ratée. A l’époque, il réalisait sa meilleure saison avec Lokeren. Il avait remporté la Coupe de Belgique et terminé 5e du Championnat.

Pas de CAN 2015 et 2017

Aujourd’hui, Hamdi Harbaoui, qui n’a pas non plus participé à la CAN 2017 au Gabon, ni à celle de 2015 en Guinée équatoriale, va-t-il profiter de l’absence de Youssef Msakni, blessé grièvement au genou, qui ne verra pas la Russie ? Certes, les deux profils sont opposés puisque Msakni est capable de faire des gestes techniques dans tous les sens, alors que Harbaoui est un joueur plus lent. « Hamdi Harbaoui n’a pas le même âge que Msakni, ni le même gabarit, avance Franck Simon, notre confrère de France Football. C’est avant tout un joueur de surface que l’on va aussi chercher sur des ballons aériens ».

Sans compter que Nabil Maâloul, adjoint de Roger Lemerre lors du titre continental de 2004, a son projet bien en tête.  « Il n’y aura pas de priorité pour ceux qui étaient là avant ou pour les binationaux. Mes choix découleront des performances en club. Je ne suis pas là pour faire du social », a-t-il indiqué.

Un joker en fin de rencontre ?

« Comme Aymen Abdennour, le sélectionneur ne nous a pas retenus parce qu’on ne jouait pas régulièrement dans nos clubs. Mais il a dit qu’il comptait sur nous. Je pense qu’il a une liste de 50 joueurs et il pense à tout le monde. Il espère toujours avoir des joueurs compétitifs et qui ont des minutes de jeu », avait déclaré Hamdi Harbaoui après la qualification des Aigles de Carthage pour la Russie. Désormais, celui qui est né à Bizerte et qui a grimpé tous les échelons du football belge a la confiance de son club et du temps de jeu.

A son retour en Belgique après avoir évolué au Qatar (2014-2015), Hamdi Harbaoui avouait avoir retrouvé « l’adrénaline perdue » dans le pays du Golfe. La faute à un manque de ferveur et de supporters dans stades. On imagine aisément ce qu’il ressentirait dans le cas où son nom apparaisse dans la prochaine liste de Nabil Maâloul. Même s’il part de très loin. D’autant plus que la Tunisie a toujours privilégié un milieu fort incarné actuellement par le Rennais Wahbi Khazri qui peut monter d’un cran. Mais Hamdi Harbaoui ne pourrait-il pas sauver son équipe en fin de rencontre avec ses qualités d’attaquant de pointe ?

Chronologie et chiffres clés
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.