Le Wydad Casablanca s’offre la Supercoupe face au TP Mazembe - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Le Wydad Casablanca s’offre la Supercoupe face au TP Mazembe

media Walid El Karti, joueur du Wydad Casablanca. Fadel SENNA / AFP

Le Wydad de Casablanca s'est adjugé la première Supercoupe d'Afrique de son histoire en s'imposant, samedi 24 février, face au TP Mazembe (1-0), dans une rencontre à sens unique. L'ancien milieu de Nancy, Amine Tighazoui, restera le héros du match côté marocain avec un coup franc magistral à la 83e minute.

Un penalty raté et un autre non confirmé par l’arbitrage vidéo ! Le Wydad Casablanca, vainqueur de la Ligue des champions africaine, n’a pas eu la tâche facile face au TP Mazembe, vainqueur de la Coupe de la Confédération. Pourtant, à domicile, les joueurs du WAC avaient bien commencé cette Supercoupe pour succéder aux Sud-Africains du Mamelodi Sundowns.

Sylvain Gbohouo a fait souffrir le WAC

Après une première période où les joueurs du WAC auraient pu ouvrir le score, les hommes de Faouzi Benzarti se sont pris les pieds dans le tapis. Suite à une faute de Michee Mika dans la surface sur Amin Tighazoui, l’arbitre siffle un penalty. Mais Sylvain Gbohouo, qui a repoussé tous les assauts marocains depuis le début de la rencontre, plonge sur le tir de Walid El Karti (53e). Trois minutes plus tard, les Marocains ont la possibilité de se rattraper avec un deuxième penalty après la faute de Joël Kimwaki sur Elvis Chikatara. Coup de théâtre, l’arbitrage vidéo, utilisé pour la première fois sur le continent africain, annulera la sentence.

Les spectateurs du complexe Mohammed V de Casablanca devraient se souvenir très longtemps de cette première qui a privé les Marocains d’une éventuelle ouverture du score.

Car le WAC a bien eu du mal à concrétiser malgré plusieurs occasions comme ce coup franc tiré à la 52e par Amin Tighazoui et repoussé par le portier du TP Mazembe. A la 23e minute, Chikatara avait raté le tir le plus dangereux de la rencontre : le ballon passait à droite de la cage.

Le football marocain sur un nuage

Eliminé en 8es de finale de la LDC 2016 par le WAC, le TPM se présentait avec une envie de revanche. Sauf que les joueurs du club congolais ont rarement eu l’occasion de mettre en danger les Marocains.

Sur un coup franc du pied gauche en pleine lucarne, après une faute très litigieuse obtenue par El Hassouni, Amin Tighazoui trouve enfin la solution face à Sylvain Gbohouo, alors qu’il reste moins de 10 minutes à jouer (83e) !

Finaliste de la Supercoupe en 1993 et 2003, le WAC peut désormais savourer le trophée. Tout comme Faouzi Benzarti qui avait déjà vécu de belles heures dans ce stade au moment où il entraînait le Raja Casablanca. Le WAC complète donc ainsi un palmarès déjà bien garni avec notamment 19 Championnats, deux C1, une Coupe des Vainqueurs de Coupe. Après la victoire des A’, lors du Championnat d’Afrique des nations en janvier dernier, le football marocain reste sur son nuage.


La réaction de Faouzi Benzarti (entraîneur WAC Casablanca)

« Ce n’est pas facile de battre le TP Mazembe en un seul match. Les joueurs ont fait un match énorme. Il y’avait de la générosité dans les efforts et la volonté. Je pense que si nous voulons conserver la ligue des champions, on doit renforcer notre équipe car il y a de bons joueurs qui ont quitté le club. En Afrique, ce n’est pas facile de jouer sans un ou deux grands joueurs qui peuvent faire la différence. »

La réaction de Pamphile Mihayo Kazembe (entraîneur TP Mazembe)

« Aujourd’hui, je peux vous dire qu’on n’a pas été à la hauteur. Nous avions mis en place une stratégie de jouer avec des contres rapides pour essayer de prendre à défaut la défense marocaine. Défensivement, on était bien place et on a récupéré beaucoup de ballons au milieu du terrain, seulement, on n’a pas été efficace devant. On a manqué de vivacité, de concentration et même d’audace. Pour le but inscrit du WAC, je pense que le joueur est tombé sans aucun contact, mais c’est l’arbitre qui décide, il a peut-être vu quelque chose et ce n’est pas une excuse. Je tiens tout de même à féliciter le joueur qui a marqué. »

Propos recueillis sur le site internet de la Confédération africaine de football

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.