CHAN 2018: l'heure de la finale pour le Maroc et le Nigeria - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CHAN 2018: l'heure de la finale pour le Maroc et le Nigeria

media L'attaquant marocain Ayoub El Kaabi après avoir marqué contre la Libye en demi-finale du CHAN, le 31 janvier 2018. Fadel SENNA / AFP

C'est la finale du Championnat d'Afrique des nations (CHAN), ce dimanche 4 février 2018 à Casablanca. Le Maroc va affronter le Nigeria dans un stade probablement complet. Avant de suivre l'équipe première cette année à la Coupe du monde, le public attend la première victoire des joueurs locaux, dans cette compétition continentale à laquelle ne prennent part que les joueurs évoluant dans le championnat de leur pays.

Avec notre envoyé spécial à Casablanca,  Christophe Jousset

Cité au premier rang des favoris au coup d’envoi du CHAN, le Maroc n’a pas failli. Il lui reste désormais à finir le parcours en beauté. Ce défi collectif est aussi le défi individuel d'Ayoub El Kaabi, grande révélation du tournoi, avec huit buts en cinq matches. Un rendement exceptionnel.

Mais son sélectionneur, Jamal Sellami, reste dans l’exigence, évoquant le potentiel de l’attaquant. Il en veut encore plus. « C’est l’un des éléments forts de cette équipe nationale, dit-il. S’il nous marque des buts, ça me fera plaisir. Ça nous soulagera. Ça va enflammer les gradins. C’est très important pour nous. »

Quelque 45 000 personnes sont attendues au complexe Mohamed V en soutien de cette équipe marocaine. Pas de quoi impressionner le jeune défenseur Naif Aguerd, 21 ans. Il a déjà connu de chaudes ambiances en Botola, le championnat du Maroc. « Je le vois comme un avantage », explique-t-il.

« Pour nous, explique le jeune défenseur central évoluant au Fath Union Sport, il n’y a pas de pression, parce que c’est un avantage pour nous de jouer devant eux. Il y a pas mal de matches en Botola où on a joué devant un grand public. Donc, je pense que ce n’est pas une pression. »

Mais attention au Nigeria de Salisu Yusuf. Il a passé les quarts de finale en égalisant dans le temps additionnel, puis les demi-finales en jouant longtemps à 10 contre 11. C’est une équipe de tempérament qui vise, elle aussi, un premier succès dans le Championnat d’Afrique des nations.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.