Drame du 15 juillet 2017: Ouakam réintègre le foot sénégalais - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Drame du 15 juillet 2017: Ouakam réintègre le foot sénégalais

media Des spectateurs dans une tribune du Stade Demba Diop de Dakar, le 15 juillet 2017, après les incidents mortels en finale de la Coupe de la Ligue sénégalaise de football entre Ouakam et le Stade de Mbour. SEYLLOU / AFP

Le Tribunal arbitral du Sport (TAS) a en partie réhabilité le club de football sénégalais l’Union sportive de Ouakam (USO), ce 17 janvier 2018, suite aux incidents qui ont provoqué la mort de huit personnes, le 15 juillet 2017 à Dakar, en finale de la Coupe de la Ligue. Le TAS a notamment levé l’exclusion de toutes compétitions de l’USO pendant cinq ans, ainsi que sa rétrogradation dans une division inférieure.

L’Union sportive de Ouakam (USO), un des clubs majeurs du football sénégalais, va pouvoir reprendre ses activités, si l’on se fie à la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) rendue publique ce 17 janvier 2018.

Le TAS, instance suprême en matière de litiges sportifs, a en effet levé la suspension de cinq ans ainsi que la rétrogradation en division inférieure prononcées par la Fédération sénégalaise de football (FSF) suite au drame survenu le 15 juillet 2017 au Stade Demba Diop de Dakar, en finale de la Coupe de la Ligue.

Le 19 septembre 2017, l’USO avait été reconnue « exclusivement responsable » d’un mouvement de foule et de l’affaissement d’un pan de mur du stade ayant entraîné la mort de huit personnes et fait des dizaines de blessés. Des échauffourées entre partisans de Ouakam et du Stade de Mbour avaient éclaté durant cette rencontre, peu avant.

«Le dispositif de sécurité mis en place était largement insuffisant»

« Le TAS a établi que l’US Ouakam ne pouvait être tenue pour seule responsable des tragiques incidents survenus lors de la de la finale de la Coupe de la Ligue sénégalaise 2017 et a revu à la baisse les sanctions infligées au club par les instances du football sénégalais », indique un communiqué, « notamment eu égard à l’état du stade et au dispositif de sécurité mis en place à cette occasion, lequel était largement insuffisant ».

Le TAS a en revanche confirmé la victoire du Stade de Mbour en finale, sur tapis vert, et condamné Ouakam a versé une amende de 500 000 francs CFA (au lieu des 10 millions initialement prévus).

L’USO avait fait appel auprès du TAS le 2 octobre 2017 des sanctions de la FSF. Une audience avait eu lieu le 22 décembre dernier à Lausanne, en Suisse, où se trouve le Tribunal.

Une décision purement sportive et pas judiciaire

Celui-ci rappelle par ailleurs dans son communiqué que sa décision « ne concerne que le volet disciplinaire et sportif de cette tragique affaire et est sans aucun lien avec d’éventuelles procédures devant les autorités judiciaires du Sénégal, civiles et/ou pénales, actuelles ou à venir ».

Ouakam est l’une des communes d’arrondissement de Dakar. L’USO avait été sacrée championne du Sénégal en 2011 et dispute le Championnat de première division depuis plusieurs années. L'édition 2017-2018 a déjà repris sans la formation dakaroise.

Chronologie et chiffres clés
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.