CHAN 2018: la Zambie en quarts, la Côte d’Ivoire éliminée - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

Ivan Duque est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle dimanche en Colombie, avec 39,1% des voix (sur la quasi-totalité des suffrages dépouillés). Faute de dépasser les 50%, il devra affronter un second tour le 17 juin. L'ex-guérillero Gustavo Petro est arrivé second avec 25,1%. Le centriste Sergio Fajardo obtient près de 23,7%.

CHAN 2018: la Zambie en quarts, la Côte d’Ivoire éliminée

media La joie des joueurs zambiens après le premier but face à la Côte d'Ivoire, le 18 janvier 2018. Photo: Pierre René-Worms /RFI

La Zambie est en quarts de finale après avoir battu la Côte d’Ivoire à Marrakech jeudi 18 janvier (2-0). Augustin Mulenga a trouvé le chemin des filets dès la huitième minute et a récidivé en deuxième période (74e). Les Eléphants sont éliminés après la victoire de la Namibie face à l'Ouganda dans l'autre recontre du jour (1-0).

Marrakech, envoyé spécial

La différence entre la Zambie et la Côte d’Ivoire était visible. Vainqueurs de l’Ouganda à l’occasion de leur première sortie du CHAN 2018, les Zambiens ont rapidement douché les Eléphants, venus dans l’espoir de se relancer après leur défaite dans le temps additionnel face à la Namibie (1-0).

Augustin Mulenga, l'homme du match

Déjà buteur face à l’Ouganda, Augustin Mulenga récidive dès la 8e minute alors que la défense ivoirienne est complétement à contretemps. Le joueur du Zanaco FC profite d’une passe décisive de Lazarous Kambole, qui avait lui aussi trouvé le chemin des filets lors de la première rencontre.

Ernest Mbewe manque de doubler la mise de la tête à la 30e minute après un centre de Mulenga. Le ballon touche le sol avant de rebondir sur la transversale. Les Ivoiriens, nettement en-dessous techniquement et en difficulté la plupart du temps, n’auront pas l’occasion de revenir au score. Seule une frappe enroulée du pied gauche de Fonsinho aurait pu mettre en danger les Chipolopolo (17e). Le jeune attaquant de l’ASEC Mimosas parvient rarement à se mettre en valeur.

En seconde période, Mel William Togui tente un tir puissant à la 60e minute, mais le ballon termine dans les mains du portier zambien. C'est l'un des rares moments forts des Eléphants. La révolte n'aura pas eu lieu. Un quart d’heure avant le coup de sifflet final, Augustin Mulenga élimine trois défenseurs avant de se remettre dans l’axe pour signer son doublé.

En 2009, la Zambie, avec Hervé Renard, avait déjà battu le Côte d’Ivoire lors du CHAN organisé chez les Eléphants devant 35 000 personnes dans le stade Félix-Houphouët-Boigny (3-0). Dans la fraîcheur de Marrakech, c’est un bis repetita.

Les Chipolopolo sont en quarts de finale après la victoire de la Namibie sur l'Ouganda. La Côte d'Ivoire sort donc au premier tour.


Les réactions du camp ivoirien après la défaite face à la Zambie

« Au vue de nos résultats, on peut dire que l’on a du mal à se mettre à la hauteur des autres nations. Sans vouloir excuser mes joueurs, je peux dire que nous avons eu avec la Zambie une équipe nationale plutôt que locale. Il fallait mettre des buts et nous en avons encaissé un très vite. Ensuite, nous n’avons pas réussi à revenir au score. Mes jeunes joueurs, comme Fonsinho ou Mel William Togui, programmés pour les prochains JO, ont encore pas mal de choses à apprendre  », avance coach ivoirien Ibrahim Kamara.

« On ne va pas baisser les bras, ni arrêter notre carrière. C’est ce genre de compétition qui nous montre à quel niveau il faut être pour avoir des résultats. Nous allons tenter de remporter le troisième match. Mais il va falloir élever notre niveau de jeu », annonce le capitaine, Hamede Diomandé, joueur de l’ASEC Mimosa.  

« La Côte d’Ivoire est une grande nation de football et on ne va pas pouvoir rentrer à Abidjan avec trois défaites. Nous allons donc devoir sauver l’honneur », dit le défenseur Akassou Koutouan.

« Nous n’avons pas concrétisé nos occasions et honnêtement la Zambie était meilleure que nous. On savait que le CHAN serait une compétition compliquée. Nous avons fait notre maximum mais rien n’a fonctionné », conclut Wonlo Coulibaly, défenseur de l’ASEC Mimosa.

Pour leur dernier match du premier tour, les Ivoiriens affronteront le 22 janvier l’Ouganda entrainée par une certain Sébastien Desabre, ex-coach de l’ASEC Mimosas entre 2010 et 2012.

Chronologie et chiffres clés
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.