Controverse en Belgique après les insultes racistes contre le Nigérian Uche Agbo - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Controverse en Belgique après les insultes racistes contre le Nigérian Uche Agbo

media Le Nigérian Uche Agbo, ici à droite sous le maillot du Standard de Liège, le 15 octobre 2017 déjà contre Courtrai. Yorick Jansens / Belga / AFP

Lors du match du championnat de Belgique mercredi entre Courtrai et le Standard de Liège (2-1), Uche Abgo, milieu défensif liégeois, a été expulsé. Ciblé par des injures à caractère raciste, le Nigérian a répondu. La scène suscite le scandale dans le pays et ravive le spectre du racisme qui pollue toujours le football belge et européen.

Les faits se suivent, se ressemblent, suscitent la polémique... et tout recommence. Le racisme sévit toujours dans le football européen. Un nouvel exemple a été donné mercredi 27 décembre en Belgique. Pour clore l'année 2017, deux matches se jouaient ce soir-là en Jupiler Pro League, le championnat d'élite. Un incident a terni la rencontre entre Courtrai et le Standard de Liège (2-1, match de la 21e journée).

 

Gobelets de bière, doigts d'honneur et cris de singe

 

A la 42e minute, sur un terrain difficile, Liège se retrouve réduit à 10. Uche Agbo reçoit un deuxième carton jaune, synonyme d'expulsion. Le Nigérian, très nerveux, est en colère. Il interpelle l'arbitre pour contester son expulsion, mais rien n'y fait. Ricardo Sa Pinto, l'entraîneur du Standard, fait la moue depuis le banc. Mais le plus choquant est à venir.

Pour rentrer aux vestiaires, Uche Agbo doit traverser tout le terrain et passer devant le kop où sont réunis quelques-uns des supporters les plus chauds de Courtrai. Le milieu de terrain est conspué, et parmi les invectives, il perçoit des cris de singe. Le Nigérian de 22 ans voit rouge. Il adresse des doigts d'honneur à ceux qui l'insultent et leur lance une bouteille d'eau en plastique. En échange, les huées redoublent d'intensité. Les projectiles - notamment des gobelets de bière - sont jetés en direction du Liégeois.

Des joueurs de Courtrai doivent intervenir pour calmer un peu les fans les plus excités et permettre à un Agbo excédé de regagner les vestiaires. Le corps arbitral, lui, reste stoïque.

 

La fracture entre flamands et wallons toujours vivace

 

A l'issue de la rencontre perdue, Sébastien Pocognoli, le capitaine du Standard, a évoqué les faits auprès du quotidien belge La Dernière Heure : « Agbo trouvait que sa sortie n’était pas justifiée, il y avait donc de l’énervement. J’ai essayé de le calmer, puis j’ai essayé de le faire rentrer au plus vite dans le vestiaire car je savais qu’il pouvait y avoir une plus longue sanction à la clé. Mais sa réaction était légitime au vu de ce qu’il avait entendu. »

Outre les insultes racistes à l'égard d'Agbo, des chants anti-Wallons ont aussi été entendus dans le stade de Courtrai. Le conflit entre la région flamande (où se situe Courtrai) et la Wallonie (où se situe Liège) a la peau dure. Les débordements observés durant le match ont fait réagir sur les réseaux sociaux. Beaucoup espèrent des sanctions de la part de la Fédération belge de football (URBSFA).

 

« Que ces guignols restent chez eux »

 

Uche Agbo rejoint la longue liste des joueurs visés par des injures racistes en Europe à cause de leurs origines ou de leur couleur de peau. Avant lui, en Belgique, Christian Kabasele a aussi vécu ça. Sur Twitter, le Congolais a rappelé qu'en 2015, alors qu'il jouait à Genk, il avait aussi reçu des cris de singe... lors d'un match à Courtrai. Une semaine plus tard, il avait répondu en mimant un singe après avoir marqué un but.

Après l'incident concernant Agbo, Kabasele s'insurge sur Twitter : « Il est temps de prendre des mesures fermes et sérieuses comme c'est le cas pour les compétitions européennes, pour que ces guignols (les auteurs d'insultes racistes, ndlr) restent chez eux pour chaque week-end de football. » S'il regrette l'énervement d'Agbo, l'actuel défenseur de Watford en Angleterre insiste : « Rien ne peut justifier des cris de singe. »

 

Le Standard prend la défense d'Agbo

 

Jeudi, le Standard de Liège a publié un communiqué à propos de cette affaire. Le club confirme qu'Uche Agbo a été « littéralement canardé de gobelets de bière » et que certains supporters n'ont pas hésité « à chanter et scander des propos racistes et xénophobes à son encontre ». « Uche ainsi que d’autres membres de notre club ont été profondément heurtés par ces graves incidents ainsi que la passivité du corps arbitral face à ceux-ci », ajoutent les Rouges.

Pour conclure, le Standard affirme qu'il « compte interroger les instances dirigeantes afin que les chants communautaires, racistes et xénophobes soient définitivement bannis de nos stades ».

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.