Cameroun: mort de l’ancien défenseur Benjamin Massing - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Cameroun: mort de l’ancien défenseur Benjamin Massing

media L'équipe nationale de football du Cameroun, en avril 1990, avec Benjamin Massing, troisième en partant de la gauche (debout). AFP

Benjamin Massing, l’un des héros du Cameroun quart-de-finaliste de la Coupe du monde 1990, est décédé samedi 9 décembre à l’âge de 55 ans. Il s’est éteint chez lui, à Edea. Avec sa disparition, c’est une partie de l’histoire des Lions Indomptables qui s’envole.

La triste nouvelle a été officialisée ce dimanche. Le football camerounais a perdu un de ses glorieux anciens. Samedi 9 décembre, Benjamin Massing s’en est allé. Plusieurs médias ont évoqué sa disparition tout au long de la journée de dimanche. D’après le site spécialisé Soka25East, qui cite une source locale, l’ancien footballeur est décédé chez lui, à Édéa au Cameroun, la même ville où il a vu le jour le 20 juin 1962. Benjamin Massing avait 55 ans.

« Un héros » pour Mboma, « un magnifique défenseur » pour Le Roy

Sur Instagram, Patrick Mboma a confirmé cette disparition. « Nous avons tous nos héros », écrit en préambule l’ex-buteur, avec une publication comprenant une photo de Benjamin Massing. « Un lion ne meurt jamais, il dort ! Adieu champion », ajoute Patrick Mboma, l’un des héritiers des Camerounais conquérants de la fin des années 1980 et du début des années 19990.

Passé par l’US Créteil lors de son unique passage en Europe dans sa carrière, Benjamin Massing a pris part à quelques-unes des plus belles heures de l’équipe nationale du Cameroun. L’arrière central a découvert les Lions indomptables en 1987. Il était présent en 1988 pour la 2e victoire du Cameroun en Coupe d’Afrique des Nations. C’était au Maroc, face au Nigeria en finale (1-0), avec Claude Le Roy au poste de sélectionneur.

Joint par RFI, l’ancien mentor cache difficilement son émotion après la mort de ce « magnifique défenseur » qu’il a lui-même poussé à se reconvertir. Car à l’origine, Benjamin Massing était attaquant. « Je trouvais qu’il pouvait devenir un défenseur central de qualité », se souvient Claude Le Roy, qui lâche: « C’est terrible de parler de lui au passé. »

Un membre éminent de l’équipe héroïque de 1990

« Benjamin, c’était un bon géant avec un cœur énorme, des qualités athlétiques, une puissance phénoménale, un immense sourire… C’était un joueur du pays bassin, où les gens ont un caractère bien trempé. On les appelle les Bretons du Cameroun. Ça me parle à moi, qui suis Breton… », déclare Claude Le Roy.

Après la CAN remportée en 1988, Benjamin Massing fut de l’épopée de 1990, quand le Cameroun disputa la première Coupe du monde de son histoire en Italie. Les Lions indomptables eurent le redoutable honneur d’affronter d’entrée l’Argentine, championne du monde en titre. La suite, tous les Camerounais la connaissent: la sélection nationale parvint à faire tomber les Argentins grâce à un but de la tête de François Omam-Biyik, et ce alors même que les Lions Indomptables étaient réduits à dix contre onze après l’expulsion d’André Kana-Biyik.

Benjamin Massing, lui, parvint à garder sous contrôle le capitaine Diego Maradona. Il quitta toutefois ses partenaires à la 89e minute. Claudio Cannigia avait échappé à deux tacles camerounais et filait vers le but de Joseph-Antoine Bell. Massing exécuta alors un tacle horrible sur l’Argentin, fauché net. Le défenseur en perdit sa chaussure ! Cette faute reste comme l’une des plus violentes de l’histoire de la Coupe du monde. Sans surprise, l’arbitre français M. Michel Vautrot lui adressa un second carton jaune, synonyme de rouge. A neuf contre onze, le Cameroun résista jusqu’au bout pour s’offrir une victoire de prestige.

 

« Un exemple pour tout le monde »

 

Massing fut suspendu pour trois rencontres (face à la Roumanie et l’URSS en poules, puis contre la Colombie en 8es). Le défenseur revint pour le quart de finale contre l’Angleterre. Alors que les siens menaient 2-1, Benjamin Massing faucha Gary Lineker dans la surface de réparation. L'Anglais égalisa sur penalty à la 82e, puis marqua – à nouveau sur penalty – le but de la victoire des Three Lions sur les Lions indomptables en prolongation à la 105e (3-2).

L’épopée du Cameroun s’arrêta cruellement à Naples sur ce match contre l’Angleterre. Mais elle fait toujours office de référence. L’équipe alors coachée par le Russe Valeri Nepomniachi fut la première issue du continent africain à se hisser jusqu’en quarts. Depuis, seuls le Sénégal en 2002 et le Ghana en 2010 ont fait aussi bien.

Claude Le Roy se souvient de cette équipe camerounaise au sein de laquelle Benjamin Massing était « un leader naturel ». C’est avec « une infinie tristesse » qu’il voit partir un deuxième héros du Mondial 1990, après la disparition de Louis M’Fédé en juin 2013. « Si jeune… C’est trop triste », estime Le Roy.

L’ancien sélectionneur conclut: « On gardera de Benjamin son immense sourire, sa joie de vivre, son talent et son incroyable sociabilité. C’était un exemple pour tout le monde. Je ne l’ai jamais vu se fâcher avec qui que ce soit, et Dieu sait qu’il en imposait sur le terrain. »

Entretien téléphonique avec Claude Le Rou réalisé dimanche 10 décembre par Antoine Grognet (à partir de 22h15 heure de Paris)

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.