Mondial 2018: Algérie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, la chute - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

«J'ai discuté de ma démission avec le président de la République qui m'a enjoint d'attendre avant de la présenter (...) pour permettre davantage de consultations (...) j'ai accepté cette requête», a déclaré ce mercredi depuis Beyrouth Saad Hariri, après son entrevue du matin avec Michel Aoun. Une déclaration retransmise à la télévision.

Mondial 2018: Algérie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, la chute

media L'Algérien Riyad Mahrez (g) et le Camerounais Aurélien Chedjou lors d'un match qualificatif pour le Mondial 2018 à Blida en Algérie, le 9 octobre 2016. RYAD KRAMDI / AFP

Présents au Mondial 2014 au Brésil, l’Algérie, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Ghana ne verront pas la Russie l’été prochain. Ces quatre grandes nations du football africain vont devoir rebondir après cette non-qualification.

  • Algérie: Ils ont écrit l’histoire en devenant la première équipe algérienne à jouer un huitième de finale au Brésil lors de la dernière Coupe du monde  en 2014 face à l’Allemagne. Les Fennecs avaient réussi un bel exploit et on pensait qu’ils allaient surfer sur la vague. C’est tout le contraire qui s’est passé. Leur parcours lors de ces éliminatoires restera comme un cauchemar, avec une piteuse 4e place du groupe B et deux malheureux points, synonymes de déconfiture. La faute à qui ? A une fédération incapable de trouver le bon remplaçant après le départ de Christian Gourcuff après la CAN 2015 en Guinée équatoriale ? A des joueurs qui se sont vus trop beaux ? La réponse est certainement entre les deux. Mais en tout état de cause, cette non-qualification pour l'Algérie restera comme un grand gâchis pour une génération de joueurs qui avait le potentiel pour participer à un nouveau Mondial. Mais avec deux nuls et quatre défaites avec quatre sélectionneurs différents, la vraie reconstruction semble désormais une évidence.
     
  • Cameroun: On les avait laissés dans la joie d’un titre de champion d’Afrique au Gabon. On espérait qu’ils continueraient sur leur lancée. Mais les Camerounais sont aussi passés à la trappe après une victoire, quatre nuls et une défaite. Certes, le groupe des Indomptables comptait deux autres mondialistes du Brésil avec le Nigeria et l’Algérie. Les hommes d’Hugo Broos avaient été tenus en échec par le Nigeria (1-1), à Yaoundé, lors de la quatrième journée. Seul un sans-faute dans les trois dernières rencontres pouvait leur permettre de décrocher leur billet pour le Mondial. Le sélectionneur belge s’était pourtant appuyé sur le groupe titré au Gabon pour atteindre l’objectif Russie 2018. Le Cameroun qui a construit sa victoire lors de la dernière CAN en faisant d’un groupe soudé une force, a très mal négocié son virage. Cet été, le Cameroun s’était rendu en Russie pour disputer la Coupe des Confédérations. Les Lions indomptables avaient terminé dernier de leur groupe, devancés par l’Allemagne, vainqueur de l’épreuve, le Chili et l’Australie. Ce groupe manquait-il d’expérience ou de grandes individualités ? Il va falloir attendre encore pour voir les Lions indomptables revenir en phase finale d’un Mondial, eux qui comptent le plus grand nombre de participations du continent africain.
     
  • Côte d'Ivoire: Après trois Coupes du monde d’affilée, la Côte d’Ivoire n’ira pas en Russie l’été prochain. Championne d’Afrique en 2015 en Guinée équatoriale, la Côte d’Ivoire est totalement passée à côté de son sujet durant ces éliminatoires. Les Eléphants étaient pourtant bien partis avec 7 points lors des trois premières journées. Mais les trois autres ont été un chemin de croix. Tout d’abord avec cette défaite à domicile face au Gabon (1-2). Ensuite avec un nul au Mali (0-0) et pour terminer cette défaite à Abidjan face au Maroc (0-2). Le nouveau sélectionneur des Eléphants, Marc Wilmots, arrivé en mars dernier, n’a pas réussi un construire un groupe solide après le départ de Michel Dussuyer en début d’année. Les Eléphants, qui défendaient leur titre au Gabon n’avaient pas passé le premier tour. Le début d’une crise. « Quand on est à terre, il faut se relever », a déclaré Marc Wilmots après la dernière défaite. Pas sûr qu’il soit, pour la fédération, l’homme de la situation pour reconstruire un groupe qui se doit de rebondir très vite.
     
  • Ghana: Finalistes de la CAN 2015, présents au Brésil en 2014, les Ghanéens sont aussi passés à la trappe lors de ces éliminatoires. Le Ghana, grande nation du football africain, n’avait pas manqué de Mondial depuis 2006. Aujourd’hui, les frères Ayew et leurs coéquipiers font grise mine. Les Black Stars doivent s’en mordre les doigts d’avoir été tenus en échec en Ouganda (0-0), lors de la cinquième journée, face à une « petite » nation du football africain. D’autant plus que les hommes de Kwesi Appiah ont été incapables de gagner un match après trois journées de qualification. Il a fallu attendre la quatrième pour voir des Ghanéens à la hauteur de l’évènement avec une victoire écrasante face au Congo-Brazzaville (1-5). Le réveil fut trop tardif. Ironie de l’histoire, pour le Mondial 2014, c’est le Ghana qui était arrivé en tête de son groupe où figurait l’Egypte qui, elle, retrouvera le Mondial après 28 années d’absence.
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.