Rabah Madjer est de retour à la tête de l’Algérie 15 ans après - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Rabah Madjer est de retour à la tête de l’Algérie 15 ans après

media L'Algérien Rabah Madjer, en 2012. FAROUK BATICHE / AFP

La légende du football algérien Rabah Madjer vient d’être nommé sélectionneur de l’Algérie après le limogeage de l’Espagnol Lucas Alcaraz. L’ancien international algérien avait déjà pris la tête des Fennecs à deux reprises par le passé. A l’époque, l’expérience s’était soldée par des résultats mitigés.

La rumeur enflait, elle s’est finalement vérifiée. L’ancien Ballon d’or africain Rabah Madjer va remplacer l’Espagnol Lucas Alcaraz au poste de sélectionneur de l’Algérie a annoncé mercredi 18 octobre 2017 la Fédération algérienne de football (FAF).

Déjà nommé sélectionneur des Fennecs a deux reprises de 1994 à 1995 et de 2001 à 2002, Madjer connaît bien le poste mais son bilan mitigé à la tête de l’équipe nationale ne faisait pas vraiment de lui le candidat naturel pour prendre les rênes d’une sélection en pleine crise et qui a échoué à se qualifier pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

Des résultats mitigés

Lors d’une conférence de presse à la FAF ce jeudi 19 octobre, Rabah Madjer a reconnu que ses derniers passages à la tête de l’équipe avaient été peu concluants. « Oui, j’ai connu l’échec, a admis le nouveau patron des Fennecs. Mais on m’a mis des bâtons dans les roues, on voulait m’imposer des joueurs », s’est-il justifié. En 20 matches, Madjer comptabilise un bilan de 7 défaites, 7 nuls et 6 victoires.

Alors que sa dernière expérience sur un banc de touche remonte à 2006, où il a entraîné quelques mois l’équipe qatarienne d’Al Rayyane, Rabah Madjer a pour mission de remettre sur pied une équipe nationale qui a connu quatre sélectionneurs en trois ans et qui peine à faire preuve de régularité au plus haut niveau malgré un grand réservoir de joueurs talentueux comme Islam Slimani, Riyad Mahrez ou Faouzi Ghoulam. « L'équipe nationale a un problème psychologique (...) Les joueurs n'ont plus le moral, il faut leur rendre la confiance », a expliqué le nouveau sélectionneur.

« Je choisirai les meilleurs, qu'ils évoluent en Algérie ou à l'étranger », a souligné Madjer, qui veut des « gladiateurs », mais ne devrait pas bouleverser l'effectif pour la rencontre contre le Nigeria le 10 novembre à Constantine, dernière rencontre des qualifications pour le Mondial, sans enjeu pour les deux équipes.

Objectif demi-finales de la CAN 2019

Aux côtés de ses nouveaux adjoints Meziane Ighil et Djamel Menad, Madjer a promis qu’il allait « mettre en place une grande équipe », en précisant que l’objectif fixé par son contrat était d'accéder au dernier carré de la CAN 2019. Un objectif ambitieux quand on sait que la sélection algérienne s’est faite éliminer lors du premier tour des trois dernières éditions de la CAN (Afrique du Sud 2013, Guinée-équatoriale 2015 et Gabon 2017).

Ces dernières années l’ancienne star du football algérien a surtout officié comme consultant pour des chaînes de télévision. Invité à prendre part au symposium de la CAF à Rabat par le président Ahmad, Rabah Madjer s’était prononcé à l’époque en faveur d’une CAN à 24 équipes peu de temps avant que la réforme ne devienne officielle.

Pour l’Algérie, comme pour Madjer, ce nouveau règlement tombe à point nommé et pourrait grandement leur faciliter la tâche pour les qualifications à la CAN 2019. Même si, après une journée de qualification, les Verts sont en tête du groupe D.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.