A Rennes, Joris Gnagnon dévoile tout son potentiel - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

A Rennes, Joris Gnagnon dévoile tout son potentiel

media L'Ivoirien Joris Gnagnon a marqué le 3e but de Rennes à Marseille (1-3). Le défenseur est l'un des meilleurs espoirs actuels à son poste en Europe. BORIS HORVAT / AFP

Le défenseur Joris Gnagnon, qui a choisi de représenter les Eléphants ivoiriens, est l’une des dernières pépites du centre de formation breton. Après une première saison très prometteuse, Gnagnon débute idéalement cet exercice 2017-2018. Plusieurs clubs européens le regardent d’un œil très intéressé.

Retour au tout début d’année 2016 : du côté du Stade Rennais, il est beaucoup question d’un jeune espoir, pas encore majeur mais déjà bourré de talent. Son nom: Ousmane Dembélé. Depuis, il y a eu le Borussia Dortmund, l’équipe de France, le FC Barcelone… Mais à l’époque, une autre pousse du même âge et issue du centre de formation faisait aussi ses premiers pas. Certes, ses débuts étaient moins clinquants que ceux de Dembélé, mais lui aussi paraissait taillé pour le haut niveau. Ce joueur, c’est Joris Gnagnon. Et la Ligue 1 a pu voir que ce garçon a, effectivement, d’excellentes aptitudes pour le ballon rond.

Un colosse de 20 ans déjà convoité en Espagne

Après quelques apparitions dans le groupe pro début 2016, le défenseur central a été pleinement intégré dans le onze titulaire de Rennes la saison dernière à partir du mois d’octobre 2016. Gnagnon ne l’a plus quitté depuis. Les chiffres sont là : 27 matches, 27 titularisations, seulement remplacé à trois reprises. Seuls un gros choc à la tête, une vilaine bosse et des vertiges ont empêché le colosse (1,82m, 89 kg) de prendre part à un match à Bastia le 29 avril.

Le n°32 rennais n’a pas tardé à attiser les convoitises. Déjà, l’hiver dernier, le FC Séville a formulé une offre de plus de 10 millions d’euros pour Joris Gnagnon. C’était déjà une belle somme pour un joueur qui n’avait alors qu’une quinzaine de matches pro à son actif. Mais Rennes a fermé la porte. « Même à 30 millions, il ne part pas », avait martelé l’entraîneur Christian Gourcuff au quotidien Ouest-France. Le Stade Rennais, conscient du potentiel et de la valeur du joueur formé pendant deux ans, ne voulait pas s’en séparer et revivre l’épisode Ousmane Dembélé. Pour rappel, Rennes a vendu l’attaquant pour 15 millions d’euros à Dortmund, qui l’a revendu un an après à Barcelone pour… 147 millions d’euros, bonus compris (dont un pourcentage pour Rennes tout de même).

L’Ivoirien a fait mal à l’OM et attend sa première cape avec les Eléphants

Après sa première saison très convaincante en Ligue 1, Joris Gnagnon a eu de nouvelles touches durant l’été. L’Olympique de Marseille, notamment, s’est montré intéressé. Mais le défenseur a préféré rester à Rennes, où il est sous contrat jusqu’en 2021. A SFR Sport, le 11 septembre, le Rennais a confirmé que l’OM s’est bien renseigné mais que « les approches ont été très, très faibles ». Le club phocéen peut s’en mordre les doigts, car 24 heures plus tôt, il a bu la tasse au Vélodrome contre Gnagnon et les siens.

Dimanche 10 septembre, les Rennais ont remporté leur premier match de la saison sur la pelouse de Marseille (1-3), avec de grosses prestations du Tunisien Wahbi Khazri, du Sénégalais Ismaïla Sarr et de l'Ivoirien Joris Gnagnon. Ce dernier a pris de vitesse le Marseillais Aymen Abdennour – qui a vécu un premier match terrible avec sa nouvelle équipe – pour inscrire le 3e but de son équipe, six mois après son premier but en Ligue 1 dans les dernières minutes du derby de l’Atlantique à Nantes (1-1, un but idéal pour plaire aux fans rennais).

Nul doute que s’il continue sur cette trajectoire linéaire, le natif de Bondy, qui soufflera ses 21 bougies en janvier prochain, va voir sa cote grimper davantage. Et sa carrière internationale pourrait l’y aider. Après deux matches avec l’équipe de France des moins de 20 ans en mars dernier, Joris Gnagnon a décidé de porter les couleurs de la Côte d’Ivoire. Le sélectionneur Marc Wilmots l’a appelé en mai dernier, sans le faire jouer. Ce sera peut-être pour bientôt, sachant qu’en juin 2018, les Eléphants disputeront peut-être le Mondial pour la quatrième fois consécutive…

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.