Une CAN à 24 dès 2019 et en été - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Une CAN à 24 dès 2019 et en été

media Adebayor, capitaine du Togo lors de la CAN 2017 au Gabon. RFI/Pierre René-Worms

C’est désormais officiel, la Coupe d’Afrique des nations se jouera à 24 équipes, en été (juin-juillet), et dès l’édition 2019. Une vraie révolution dans le monde du football africain. Le président Ahmad a donné l’information jeudi 20 juillet avant que le site internet de la Confédération africaine de football ne publie un communiqué.

Avec notre envoyé spécial à Rabat,

Coup de tonnerre au Maroc. Réunis à Rabat ce jeudi 20 juillet, les membres du Comité exécutif de la Confédération africaine de football ont acté le passage d’une Coupe d’Afrique des Nations à 24 équipes. Le président Ahmad qui en a fait l’annonce en sortant de la salle, n’a pas voulu faire plus de commentaires, demandant aux journalistes présents de bien vouloir attendre le communiqué.

« Il était temps de revoir les choses »

« Passage à une Coupe d'Afrique des Nations à 24 équipes dès l'édition de 2019 avec un tournoi qui devra se disputer entre les mois de juin et juillet. La compétition continuera à se disputer tous les deux ans, les années impaires et exclusivement sur le continent africain et avec des sélections nationales africaines », pouvait-on lire quelques minutes plus tard.

« Je fais confiance à la CAF et je pense qu’il était temps de revoir les choses. Il y a trop longtemps que l’on joue avec 16 équipes et maintenant d’autres pays vont enfin avoir l’opportunité d'y participer », nous déclare, à chaud, l’ancien international algérien Rabah Madjer.

«Nous allons rentrer et discuter avec le plus hautes autorité de notre pays»

Reste désormais à savoir comment le Cameroun, pays hôte de la prochaine CAN va réagir. « Nous sommes dans un monde de droit et nous n’allons pas changer les règles du jeu en cours de route », nous confiait quelques heures auparavant le président de la Fédération camerounaise de football, Tombi A Roko. « Pour moi, la CAN de 2019 est engagée et la phase des éliminatoires a débuté », ajoutait-il.

« Passer de 16 à 24 équipes, c’est une décision du Comité exécutif et nous en prenons acte. Une CAN engendre beaucoup de choses, avec entre autres les infrastructures hôtelières, routières, aéroportuaires, hospitalières et sécuritaires. Cet ensemble fait que le gouvernement du Cameroun s’était engagé sur la base de l’ancien cahier des charges pour 16 équipes. Maintenant,  il va falloir passer à 24 et il faut un nouvel engagement de notre gouvernement. Nous allons rentrer et discuter avec les plus hautes autorité de notre pays », a déclaré Tombi A Roko après l’annonce.

Une évolution impérative selon Fouzi Lekjaa

Il faudra ainsi revoir le cahier des charges des trois prochaines CAN déjà attribuées (Cameroun 2019, Côte d’Ivoire 2021 et Guinée 2023). La CAF fera une première visite d'inspection au Cameroun en septembre.

« Ce n’est pas une révolution, mais c’est une évolution impérative. Il fallait accélérer les choses. Nous n’allions pas attendre des décennies avant de prendre des décisions qui s’imposent dans un nouveau contexte footballistique », lance au micro de RFI le président de la Fédération marocaine de football. Fouzi Lekjaa, seul membre du Comité exécutif à avoir accepté de commenter ces nouvelles décisions. Avant l’ouverture du symposium mardi, le Maroc et l’Algérie s’étaient positionnés pour éventuellement abriter la CAN 2019.

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.