CAN 2019: les Espoirs camerounais rêvent d’imiter Bassogog - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2019: les Espoirs camerounais rêvent d’imiter Bassogog

media Des joueurs de l'équipe du Cameroun des moins de 23 ans. Fecafoot

L’équipe du Cameroun des moins de 23 ans a conclu un rassemblement de plusieurs semaines, ce 9 juin. Les Espoirs camerounais espèrent avoir attiré l’attention du sélectionneur de l’équipe fanion, Hugo Broos. Tous rêvent de disputer la Coupe d’Afrique des nations 2019 à domicile et d’imiter ainsi leur prédécesseur, Christian Bassogog, passé des U23 aux A juste avant une CAN 2017 dont il a été élu meilleur joueur.

Un match de préparation face au Maroc, une rencontre de prestige face à la Colombie, puis une Coupe des Confédérations en Russie : l’été 2017 des « Lions Indomptables » s’annonce palpitant. Il a en tout cas de quoi faire rêver tout footballeur camerounais. Notamment ceux de l’équipe nationale des moins de 23 ans (U23) qui aspirent à disputer la Coupe d’Afrique des nations 2019 à domicile avec la sélection A, dans 18 mois.

« Jouer chez soi, devant son public, avec la famille dans les tribunes, c’est un challenge et une motivation supplémentaire », lance Frank Bagnack, le capitaine des U23. « Ce sera difficile mais pas impossible », estime le défenseur, qui avait vécu la Coupe d’Afrique des nations 2015 sur le banc de touche.

« C’est la porte de l’équipe A »

Emmanuel Maboang, le coach adjoint des « Lionceaux », l’assure : le sélectionneur des A, Hugo Broos, suit attentivement les Espoirs camerounais. « Certains joueurs du groupe comme Yann Eteki ou Frank Bagnack ont flirté avec les A, rappelle le technicien. Donc, forcément, le sélectionneur regarde les matches ». Il ajoute : « A chaque fois qu’Hugo Broos nous envoie un joueur, nous devons l’utiliser. Cette sélection, c’est la porte de l’équipe A. »

Cette génération de joueurs camerounais n’a en outre pas beaucoup d’échéances à préparer, hormis la CAN 2019 à domicile. La plupart d’entre eux seront en effet trop âgés pour disputer les Jeux de 2020 à Tokyo, le tournoi olympique étant réservé aux moins de 23 ans. « Le but de notre groupe est de préparer la future base de l’équipe nationale A, d’être la relève pour la CAN, mais aussi d’avoir une bonne ossature pour être compétitif aux Jeux africains 2019 », résume le défenseur Duplex Tchamba Bangou, buteur face à la France en amical (défaite 3-1).

« Peu de places se libéreront »

Pour autant, la plupart des joueur présents le 8 juin 2017 à Créteil le savent : les « Lions » qui ont remporté la CAN 2017 seront difficiles déloger de la tanière, dans la perspective de la CAN 2019. « Je ne pense pas que beaucoup de places se libéreront, souligne le milieu de terrain Joseph Minala. On pourrait donner un coup de main… On voudrait tous intégrer l’équipe fanion ! Mais ça passe par le travail collectif, individuel et mental ».

Le milieu de terrain Pierre Kunde Malong est un peu plus optimiste : « Le Cameroun a renouvelé son équipe. On appelle des jeunes tous les jours (sic). Je pense donc qu’il y a de la place pour les jeunes qui sont talentueux. »

L’exemple de Christian Bassogog motive les U23

Christian Bassogog en est le parfait exemple. Après quelques matches chez les U23, l’ailier a intégré et remporté une CAN 2017 dont il a été élu meilleur joueur. « Christian Bassogog était remplaçant chez nous, se souvient Emmanuel Maboang. Mais il a disputé un match amical face aux Espoirs marocains [en octobre 2016, Ndlr], ce qui l’a propulsé vers le haut ».

« Bassogog est un grand joueur, affirme Pierre Kunde Malong. Il a été avec nous [en équipes du Cameroun de jeunes, Ndlr], mais maintenant il se retrouve en haut. Son parcours me motive encore plus parce qu’il a été mon compagnon et qu’il est chez les A. Donc, je pense que moi aussi je peux y arriver ».

En attendant, Malong, Bagnack et les autres Espoirs camerounais suivront leur ex-partenaire à la télévision. Les champions d’Afrique défieront en effet le Chili (18 juin), l’Australie (22 juin) et l’Allemagne (25 juin), dans les prochains jours en Russie.

Chronologie et chiffres clés
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.