Serie A: Medhi Benatia visé par des insultes racistes à la télévision italienne - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Serie A: Medhi Benatia visé par des insultes racistes à la télévision italienne

media Medhi Benatia, le défenseur marocain de la Juventus, a entendu une insulte à caractère raciste proférée à son encontre après le derby contre le Torino. Marco Bertorello / AFP

Nouveaux incidents racistes dans le championnat d’Italie, moins d’une semaine après l’affaire Sulley Muntari. Alors qu’il était interviewé à la télévision italienne, Medhi Benatia s’est interrompu après avoir entendu quelqu’un le traiter de « Marocain de m… ». Sinisa Mihajlovic, l’entraîneur serbe du Torino, affirme avoir également reçu des insultes lors du match Juventus-Torino. Sulley Muntari, lui, a vu sa sanction être annulée.

Cela n’en finit pas. Les vieux démons du football italien sont tenaces. Le week-end dernier, le Ghanéen Sulley Muntari quittait le terrain de Cagliari avant la fin du match ; le joueur de Pescara ne supportait plus les insultes racistes qu’il recevait et la non-intervention du corps arbitral. Ce samedi 6 mai, de nouveaux incidents ont éclaboussé la Serie A.

Benatia a entendu les mots « Marocain de m… » dans son oreillette

A l’issue du match nul entre la Juventus et le Torino dans le derby piémontais (1-1), Medhi Benatia, le défenseur de la Juve, a accordé une interview en duplex à la Rai, une chaîne de télévision italienne. Equipé d’une oreillette, l’ancien joueur du Bayern Munich répondait à une question quand il s’est soudainement interrompu. Benatia a alors demandé : « Qui a parlé derrière ? »

Le footballeur s’est ensuite adressé à un membre de l’équipe de presse de la Juve, invisible à l’écran : « J’ai entendu quelque chose derrière. Qui a parlé ? » Sur le plateau, les journalistes se sont étonnés, pensant à des « problèmes techniques ». Selon le service presse de la Juve, Medhi Benatia déclare avoir entendu dans son oreillette les mots suivants : « Qu’est-ce que c’est que ces conneries, ferme-la, Marocain de m… »

En direct, le malaise s’est alors installé. « Qui a dit ça ? Quel est l’idiot qui a parlé ? », a repris le Turinois. Sabrina Gandolfi, la journaliste en plateau, a alors décidé de mettre un terme à l’interview en duplex en assurant : « Ça doit être une interférence au stade. Vraiment, ça n’était pas nous, s’il s’agissait d’une insulte. » Dans un communiqué publié dimanche, la Rai s’excuse pour cet « un incident déplorable », affirme « sa solidarité pleine et entière » à Medhi Benatia et assure mener une enquête pour identifier et sanctionner l'auteur de l'insulte.

Mihajlovic répond à ceux qui le traitent de « Gitan de m… »

Ça ne s’arrête pas là. Le quotidien La Gazzetta dello Sport rapporte qu’en conférence de presse, Sinisa Mihajlovic a accusé des fans de la Juventus d’avoir lancé des injures racistes à son encontre pendant le match. Le coach du Torino a déclaré : « On parle beaucoup de racisme en Italie, mais ce n’est pas juste contre les Blancs ou les Noirs. On entend aussi ‘Gitan ou Serbe de m…’ » L’entraîneur, réputé pour son côté sanguin, a adressé un message aux personnes qui l’insultent : « Ils savent où j’habite. On va voir s’ils ont le courage de venir… »

En Italie, Sinisa Mihajlovic a déjà eu maille à partir pour des faits similaires lorsqu’il était footballeur. En 2000, alors qu’il jouait à la Lazio Rome, il fut suspendu pendant deux matches par l’UEFA. La raison : durant un match de Ligue des champions contre Arsenal, le Yougoslave (devenu Serbe début 2003) avait traité le Français Patrick Vieira de « Noir de m… ». A l’époque, Mihajlovic assuma, s’excusa et précisa tout de même que Vieira l’avait lui-même traité de « Gitan de m... ».

Muntari : « Pas de place pour le racisme dans le football et dans la société »

Une semaine après l’incident de Cagliari, Sulley Muntari est un peu plus apaisé. Mardi, la Commission de discipline de la Serie A lui a infligé un match de suspension pour avoir quitté le terrain avant la fin du match. Vendredi, cette sanction a été annulée. Dans un communiqué diffusé par la FifPro (le syndicat international des joueurs), le joueur de Pescara a indiqué s’être senti « traité comme un criminel ». « Je me suis senti isolé et en colère. (…) Comment pouvais-je être puni alors que j’étais victime de racisme ? »

Sulley Muntari a ajouté : « J’espère que cette affaire aidera à ce que d’autres footballeurs n’aient pas à souffrir comme moi. J’espère que cela peut être un tournant en Italie (…). Il n’y a pas de place pour le racisme dans le football, ni dans la société en général. » Sur son compte Twitter, le Ghanéen écrit : « Je suis déterminé à combattre le racisme. Le football devrait inspirer le respect pour une seule race : la race humaine. »

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.