Bousculade meurtrière: une «tragédie sans précédent» en Angola - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Bousculade meurtrière: une «tragédie sans précédent» en Angola

media Une bousculade a fait 17 morts à Uige, une ville dans le nord-ouest de l'Angola, lors d'un match de la première journée du championnat national de football. FLORENCE PANOUSSIAN / AFP

Un terrible drame est survenu au stade du 4-Juin à Uige en Angola où Santa Rita accueillait le Recreativo do Libolo en ouverture du championnat d’Angola vendredi 10 février. Une bousculade à l’entrée de l’enceinte a coûté la vie à au moins 17 personnes selon un bilan provisoire. Les autorités dénombrent également au moins 56 blessés. Une enquête est ouverte après ce que certains qualifient de « tragédie sans précédent » en Angola.

Ce devait être un jour de fête et de sport. Vendredi 10 février, à Uige au nord-ouest de l’Angola, le club de Santa Rita affrontait le Recreativo do Libolo au stade du 4-Janvier. C’était la première journée du championnat national. Mais le football a rapidement été éclipsé par l’horreur. A l’entrée du stade, une bousculade aux conséquences dramatiques s’est déclenchée.

Une catastrophe «sans précédent dans l’histoire du football angolais»

Le bilan, toujours provisoire ce samedi 11 février, est très lourd. La police annonce la mort d’au moins 17 personnes tandis que 56 personnes ont été blessées. « Plusieurs enfants ont été tués », précise Orlando Bernardo, porte-parole de la police. On redoute un bilan plus lourd encore : sous couvert d’anonymat, un médecin de l’hôpital militaire d’Uige a confié à l’AFP que 22 personnes sont décédées et que 100 autres ont été admises aux urgences. Moins de 24 heures après le drame, les autorités s'en tiennent à ce bilan de 17 morts et 56 blessés.

L’agence de presse nationale Angop a annoncé qu’une commission d’enquête sera chargée de déterminer les causes de cette bousculade. Une autre commission doit apporter un soutien aux familles endeuillées et venir en aide pour l’organisation des funérailles. Dans un communiqué, le Recreativo de Libolo évoque une « tragédie sans précédent dans l’histoire du football angolais ».

Des responsabilités à déterminer

La commission d’enquête devra étudier les faits qui ont conduit à ce terrible accident. Le match s’est déroulé dans un stade dépourvu de tribunes. Les spectateurs y assistaient au bord du terrain et derrière les cages. Dans son communiqué, le Recreativo de Libolo explique : « Les fans ont tenté d’entrer dans le stade pour voir le match. La porte a cédé sous la pression et 17 personnes ont trouvé la mort dans la bousculade ». Les joueurs et les staffs des deux équipes ne semblent pas s’être aperçus du drame qui se nouait à l’entrée du stade du 4-Janvier. Le match est même allé jusqu’à son terme, avec la victoire du Recreativo (0-1). Un résultat bien anecdotique au vu de la tragédie.

Pedro Nzolonzi, président de Santa Rita, accuse la police d’être responsable de cette bousculade. «Tout est de la faute de la police. C’était facile à éviter. Il fallait simplement élargir le cordon de sécurité », a-t-il déclaré à l’agence portugaise Lusa. Il semblerait qu’une porte ait cédé sous la pression de supporters qui voulaient entrer sans payer.

Des précédentes bousculades meurtrières

José Eduardo dos Santos, président de l’Angola, a exprimé sa « solidarité aux familles des victimes » et a demandé aux autorités de déterminer les causes de cet accident. En France, une minute de silence sera respectée sur les pelouses de Ligue 1 et de Ligue 2 ce week-end en hommage aux victimes.

Plusieurs mouvements de foules meurtriers ont endeuillé l’histoire du football. En 2014, à la fin du match à Kinshasa en RDC entre l'ASV et le Tout-Puissant Mazembe, un mouvement de panique a causé la mort de 15 personnes. En 2009, à Abidjan en Côte d’Ivoire, 19 personnes périrent dans une bousculade en marge d’un match des Eléphants contre le Malawi. En 2001, 127 fans sont décédés dans des circonstances semblables à Accra au Ghana.

En Europe, on se souvient notamment du drame du Heysel en 1985 quand 39 personnes sont mortes dans une bousculade lors de la finale de la Ligue des champions entre Liverpool et la Juventus. En 1989, un nouveau drame frappa le club de Liverpool : au stade de Hillsborough à Sheffield, lors d’un match de coupe d’Angleterre contre Nottingham Forrest, un mouvement de foule a causé la mort de 96 personnes.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.