CAN 2017: les Etalons éliminent les Aigles de Carthage - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

L'ONU a annoncé vendredi soir 28 avril que le Front Polisario, mouvement indépendantiste au Sahara occidental, s'était retiré d'une zone tampon de la région, ouvrant la voie à une relance de négociations pour tenter de régler ce conflit vieux de plusieurs décennies.

CAN 2017: les Etalons éliminent les Aigles de Carthage

media La joie de l'attaquant burkinabè, Aristide Bancé, après son but face à la Tunisie, lors des quarts de finale de la CAN 2017, à Libreville le 28 janvier 2017. GABRIEL BOUYS / AFP

Les quarts de finale ont débuté à la Coupe d’Afrique des nations 2017. A Libreville, le premier s’est disputé entre le Burkina Faso et la Tunisie. Devant 10 015 spectateurs, ce sont les Etalons qui l’ont emporté sur le score de 2-0. Pour la première fois dans sa carrière, Paulo Duarte, l’entraîneur portugais, emmène les Burkinabè en demi-finales de la CAN.

♦ Découvrez: le calendrier et les résultats, les équipes, les joueurs.

De notre envoyé spécial à Libreville,

Le Stade de l’Amitié à Libreville a ouvert le bal des quarts. Celui-ci aurait dû être le match du pays hôte s’il avait réussi à s’imposer. Malheureusement pour les Gabonais, après l’élimination des Panthères, on retrouve le Burkina Faso face à la Tunisie.

En ce samedi ensoleillé, et avec un match à 17 heures, le public, qu’il soit burkinabè, tunisien ou gabonais, n’a pas boudé son plaisir pour assister à cette rencontre décisive, dont le vainqueur file tout droit jusqu’aux demi-finales. On est loin des faméliques 1852 spectateurs du dernier match de la poule B entre la Tunisie et le Zimbabwe.

Les deux équipes s'observent pendant 45 minutes

Les dix premières minutes de la rencontre sont un tour de chauffe. Les deux équipes se jaugent, s’observent, ne prennent pas trop de risques et sont même attentistes. Beaucoup de fautes sont d’ailleurs sifflées au milieu du terrain, là où on ne risque pas d’offrir une occasion de but à l’adversaire. Tout va s’accélérer à partir de la 22e minute.

C’est le moment choisi par Préjuce Nakoulma, à la suite d’un coup franc joué rapidement, pour prendre le ballon, effacer deux défenseurs, et transmettre à Bertrand Traoré. L’attaquant burkinabè essaye de piquer le ballon par-dessus le gardien, mais le tir est mal ajusté et il finit par heurter la barre transversale et sortir. Neuf minutes plus tard, ce sont les Tunisiens qui deviennent dangereux, Wahbi Khazri joue un coup franc en retrait pour Ferjani Sassi, qui frappe à l’entrée de la surface de réparation mais le tir passe à côté dde la cage du gardien burkinabè, Hervé Koffi.

Les Tunisiens prennent l’ascendant. A la 33e minute, à la suite d’un corner, Aymen Abdennour dévie légèrement le ballon, qui est effleuré par Mohamed Yacoubi, mais pas suffisamment pour le pousser au fond des filets. Les esprits s’échauffent un peu entre le gardien Hervé Koffi et Mohamed Yacoubi, mais l’arbitre préfère la diplomatie et calme les deux joueurs. Cette première période est très équilibrée et très rythmée malgré une chaleur assez pesante.

Les Aigles de Carthage craquent face aux Etalons

La rencontre met à nouveau dix minutes à retrouver ce dynamisme. Le ballon circule rapidement d’un camp à l’autre avec une légère domination des Burkinabè qui s’approchent plus facile de la surface de réparation du gardien et capitaine tunisien, Aymen Mathlouthi. Toutefois, il manque un certain réalisme à cette équipe du Burkina Faso qui n’arrive pas à enfoncer le clou. A l’image de ce coup franc de Charles Kaboré qui retombe sur la tête de Bakary Koné, ce dernier n'arrivant pas à redresser suffisamment la course du ballon.

Les nerfs sont à vifs, et les joueurs ne veulent pas quitter le terrain. A la 63e minute, Wahbi Khazri est remplacé par Hamza Lahmar. L’attaquant de Sunderland (Angleterre) sort vexé et mécontent. On le voit d’ailleurs discuter avec son entraîneur avant de s’installer sur le banc des remplaçants.

Les techniciens des deux équipes ne se précipitent pas pour changer leurs systèmes de jeu, tant la rencontre semble devoir se poursuivre en prolongations.

A la 81e minute, c'est le fait du match. L’arbitre siffle une main du défenseur tunisien Syam Ben Youssef, à l’entrée de la surface de réparation. Le Tunisien, qui avait déjà écopé d'un jaune, ne sera pas sanctionné d’un deuxième avertissement, ce qui laissera le banc des Burkinabè fou de rage. Aristide Bancé, entré à la 76e minute de jeu, marque sur le coup franc direct après un décalage de Bertrand Traoré.

Les Burkinabè sont sur un nuage. Une minute plus tard, une nouvelle frappe d’Aristide Bancé finit sur le poteau du gardien tunisien. Puis à la 84e minute, après un corner pour les Tunisiens, les Burkinabè filent en contre-attaque, Préjuce Nakoulma, évite la sortie du gardien tunisien, seul rempart dans la moitié de terrain de la Tunisie, et glisse le ballon au fond des filets.

Le Burkina Faso s’impose 2-0 face aux Aigles de Carthage qui auront craqué au pire moment, à l’entrée des dix dernières minutes de jeu. Les Etalons devront maintenant patienter jusqu’à ce dimanche 29 janvier au soir pour connaître leur adversaire, le vainqueur de la rencontre entre l’Egypte et le Maroc qui se déroulera à Port-Gentil.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.