CAN 2017: le Cameroun continue, le Gabon éliminé - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2017: le Cameroun continue, le Gabon éliminé

media Fabrice Ondoa, le portier camerounais, s'impose dans les airs et déjoue les offensives gabonaises, lors de la rencontre entre le Gabon et le Cameroun, le 22 janvier 2017 à Libreville. RFI/Pierre René-Worms

Le Gabon jouait sa survie dans la CAN Total 2017, ce dimanche 22 janvier, face au Cameroun, qui occupait la première place du groupe A avec quatre points. Les Gabonais devaient gagner pour pouvoir se qualifier, malheureusement les choses ne se sont pas passées comme prévu. Avec un nul 0-0, les Panthères sont éliminées de leur CAN.

♦ Découvrez: le calendrier et les résultats, les équipes, les joueurs.

De notre envoyé spécial à Libreville

Le Stade de l’Amitié était plein pour ce dernier match du groupe A dans la phase de poules de la CAN 2017. Sous une forte pression, le Gabon, pays organisateur, affrontait les Lions indomptables du Cameroun lors d’une rencontre où le vainqueur se qualifierait directement pour les quarts-de-finale de l’épreuve.

Le Gabon, tel une Panthère

Les Panthères entrent toutes griffes dehors en ce début de rencontre. Par deux fois, ils vont être à deux doigts d’ouvrir le score. A la 4e minute, Denis Bouanga, l’attaquant gabonais, excentré sur le côté gauche, centre au deuxième poteau pour Pierre-Emerick Aubameyang, qui plonge pour toucher le ballon et le mettre juste à côté. Moins d’une minute plus tard, c’est encore Denis Bouanga qui se met en évidence. Il récupère le ballon puis frappe pied droit, mais son tir passe au-dessus de la cage de Fabrice Ondoa.

Le Cameroun ne fait que défendre pendant le premier quart d’heure. Une domination stérile pour les Gabonais, qui vont à nouveau se procurer des occasions. La plus franche à la 22e minute. A la suite d’un corner venu de la droite de l’attaque du Gabon, le défenseur Aaron Appindangoyé place une tête qui passe au-dessus.

La première période a été d’une grande souffrance pour les Lions indomptables, qui, toutefois, n’ont pas encaissé de buts. Tout reste à faire pour les Gabonais qui ont clairement dominé, mais ils ont encore failli dans la finalisation, Pierre-Emerick Aubamyeang étant bien souvent esseulé sur le front de l’attaque. L’attaquant du Borussia Dortmund a dû dézoner pour toucher des ballons et essayer d’être utile à l’équipe. D’ailleurs, l’attaque des Panthères n’a existé que par les côtés que ce soit par Denis Bouanga ou par Aubameyang.

Les Lions indomptables ne lâchent rien

La deuxième période commence sur les chapeaux de roue pour les Camerounais. Sur les trois matches disputés, les Lions indomptables ont toujours eu un regain de forme en revenant des vestiaires. A la 50e minute, après un coup-franc joué rapidement, Ambroise Oyongo frappe pied gauche, mais son tir file juste à côté des filets du gardien gabonais Didier Ovono. Puis trois minutes plus tard, Sébastien Siani, à l’entrée des 16-mètres et sans opposition, lâche une grosse frappe qui frôle la cage gabonaise.

Les Gabonais sont quelque peu sonnés. L’entraîneur espagnol José Antonio Camacho décide donc d’effectuer son premier changement. Ce sera du poste pour poste, le défenseur gauche Benjamin Zé Ondo sort et il est remplacé par un autre latéral, Yoann Watcher. José Antonio Camacho décide de rafraîchir son côté gauche, sans prendre de risque. Celui qui va se montrer dangereux, c’est une nouvelle fois Denis Bouanga. A la 62e minute, l’attaquant des Panthères tire un coup franc direct, excentré sur la gauche de l’attaque du Gabon, qui oblige Fabrice Ondoa à effectuer une intervention décisive.

Le portier camerounais sera d'ailleurs le meilleur joueur du côté des Lions indomptables. A la 90e minute, Denis Bouanga, l'homme du match, frappe pied gauche, mais le ballon s'écrase sur le poteau du Cameroun. Le ballon revient dans les pieds d'Ibrahim Ndong qui tente également sa chance. Toutefois, Fabrice Ondoa détourne le tir à bout portant. C'était la balle de match. Elle n'a pas souri aux Panthères.

Le match s’achève sur un nul, 0-0, qui élimine le Gabon et qualifie le Cameroun pour les quarts-de-finale. Toutefois, sans gagner, les Camerounais terminent à la deuxième place du groupe A et devront affronter le Sénégal, assuré d’être premier de la poule B, à Franceville, ce qui ne sera pas une tâche aisée. Quant au pays organisateur, le Gabon, il finit sur un troisième partage des points. Troisièmes du groupe, les Panthères sont éliminées. Les Gabonais rejoignent les trois autres pays hôtes qui ont été éliminés en phase de groupes dans une CAN : la Tunisie en 1994, la Côte d’Ivoire en 1984 et l’Ethiopie en 1976.
 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.