CAN 2017: l’Egypte se sort in extremis du piège ougandais - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2017: l’Egypte se sort in extremis du piège ougandais

media L'Egypte de Mohamed Salah a fini par trouver la clé face à l'Ouganda. Pierre-René Worms - RFI

Lors de la deuxième journée du groupe D de la CAN Total 2017, l’Egypte a souffert jusqu’au bout pour se défaire d’une sérieuse formation (1-0). Les Pharaons ne sont toutefois pas encore qualifiés pour les quarts-de-finale. En revanche, pour les Cranes, le tournoi s’arrête là.

♦ Découvrez : le calendrier et les résultats, les équipes, les joueurs.

Une Egypte sans inspiration a battu une valeureuse équipe d’Ouganda lors de la deuxième journée de la poule D de la CAN 2017, ce samedi 21 janvier à Port-Gentil. Un résultat qui permet aux Pharaons de continuer à croire en la qualification… et qui élimine les Cranes.

Après un premier quart d’heure durant lequel les deux équipes se cherchent et se trouvent peu – et l’exécrable qualité de la pelouse du stade n’y est pas pour rien –, l’Egypte se procure la première occasion sur un coup franc lointain qui arrive devant le but ougandais. Le gardien des Cranes Denis Onyango doit se jeter dans les pieds de Marawan Mohsen pour écarter le danger (15e). Cinq minutes plus tard, Mohamed Salah fait un petit numéro de jonglage dos au but avant de se retourner. Sa frappe est repoussée par un défenseur adverse. Peu après, le même Salah file sur la droite, enrhume son adversaire et pique son ballon sans toucher la cible (24e).

Au mitan de la première période, l’Egypte a pris un ascendant technique sur un rival incapable de projeter le jeu vers l’avant. Mais les situations chaudes sont rares… jusqu’à la 45e minute où Denis Onyango, à la manière de Manuel Neuer, sort de la tête hors de sa surface de réparation devant Mohamed Salah lancé à pleine vitesse.

L’astuce de Mohamed Salah

L’entame de la seconde mi-temps ne fait pas se soulever le maigre public. Mais elle fait rager les supporteurs ougandais quand l’arbitre refuse pour hors-jeu un but de Joseph Ochaya bien servi par un centre de Faruku Miya (53e). Les Cranes s’enhardissent et El Hadary est contraint de se coucher pour repousser d’une manchette un coup franc de Tonny Mawejje (57e).

Il faut attendre la 63e minute pour revoir les Pharaons se créer une occasion par Abdallah El Saïd, fraîchement entré en jeu, dont la reprise à la conclusion d’un bon travail d’Ahmed Ramadan côté gauche n’est pas cadrée. En revanche celle de Mahmoud Hassan au bout d’un slalom dans la défense ougandaise l’est, mais Denis Onyango s’interpose avec sûreté (68e).

Et alors que l’on s’achemine vers un triste match nul, Mohamed Salah, très discret en seconde mi-temps, sert astucieusement Abdallah El Saïd lancé à pleine vitesse dans la surface des Cranes. La frappe sèche de l’Egyptien ne laisse aucune chance à Denis Onyango (89e).

Dans ce match d’un niveau technique moyen, la nouvelle génération égyptienne a montré qu’elle manquait d’une force collective capable de déséquilibrer une équipe ougandaise largement prenable malgré son constant engagement.

Mais les jeunes Pharaons ont fait l’essentiel en préservant les chances d’une qualification qu’ils joueront le 25 janvier face au Ghana, déjà promu en quarts-de-finale. A distance, le Mali tentera de prendre cette deuxième place qualificative face à une équipe d’Ouganda sans doute démobilisée après une deuxième défaite de rang synonyme d’élimination.
 

 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.