CAN 2017: le Sénégal réussit son entrée face à la Tunisie - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2017: le Sénégal réussit son entrée face à la Tunisie

media Le Sénégalais Sadio Mané (c) après avoir ouvert le score sur penalty, face à la Tunisie à Libreville, le 15 janvier 2017. Photo: Pierre René-Worms / RFI

Pour son entrée en lice dans la CAN Total 2017, ce dimanche 15 janvier au stade de Franceville, le Sénégal s’est très vite mis à l’abri face à la Tunisie avec deux buts en première période, dont un penalty transformé par Sadio Mané et une réalisation de Kara Mbodji. Les Lions de la Téranga prennent la tête du groupe B.

♦ Découvrez: le calendrier et les résultats, les équipes, les joueurs.

Franceville, envoyé spécial

Un choc, et une faute qui coûte cher. Voilà comment résumer en quelques mots cette confrontation entre la Tunisie et le Sénégal. Une confrontation qui avait ceci de particulier : elle annonçait une bataille de premier plan entre une attaque sénégalaise emmenée par Sadio Mané et une défense tunisienne réputée imperméable incarnée par Aymen Abdennour.

La faute d'Abdennour

Sauf que le joueur expérimenté du FC Valence a failli dès les premières minutes de la rencontre au moment où il commettait une faute sur Cheikhou Kouyaté dans la surface de réparation tunisienne. Sadio Mané, qui brille à Liverpool, n’avait plus qu’à transformer ce penalty pour débuter en fanfare sa Coupe d’Afrique des nations, au bruit des tambours de la diaspora sénégalaise venue en nombre dans les tribunes du stade de Franceville (10e). Les hommes d’Aliou Cissé, qui doivent se faire pardonner d’un parcours catastrophique en Guinée équatoriale en 2015, ne pouvaient pas rêver mieux.

Les Tunisiens, sous la houlette de l'expérimenté Franco-Polonais Henry Kasperczak, ont bu la tasse assez rapidement avant de se rebeller sans succès. Si Ahmed Akaichi avait l’égalisation au bout du pied avec une lourde frappe qui frôlait le poteau droit de Diallo (15e), Kara Mbodji permettait aux Lions de la Téranga de prendre les devants, avec une magnifique tête décroisée sur corner (30e).

Pas de solution pour Youssef Msakni

Sonnés, les Aigles de Carthage ne pourront rattraper leur retard malgré une certaine domination en seconde période. Youssef Msakni, souvent en mal d’inspiration, manquera le cadre à la 71e minute après un gros temps fort des Tunisiens. Quelques minutes plus tard, le joueur de Lekhwiya au Qatar, seul dans la surface, décoche une lourde frappe qui termine dans les pieds du gardien sénégalais (75e). Il se voit refuser un but à la 89e minute pour hors-jeu.

Wahbi Khazri, entré en début de seconde période, s’illustre avec une frappe à la 60e minute, dont l’arbitre assure qu’elle n’a pas franchi la ligne de but. Impossible ce soir de faire sauter le verrou. Les Aigles de Carthage, en manque de réalisme, se retrouvent à la dernière place du groupe B emmené par le Sénégal après le match nul entre l’Algérie et le Zimbabwe (2-2).


Réaction de la Tunisie

Naïm Sliti :
« Ce soir, il n’y pas grand-chose à dire, nous avons eu beaucoup d’occasions franches, mais nous n’avons pas été efficace. Il ne faut pas pointer du doigt Aymen Abdennour, c’est un de nos leaders et nous aurons besoin de lui lors des prochains matches. »

Réactions du Sénégal

Lamine Gassama : « C’est toujours bien de gagner dès le premier match car on sait que la CAN et une compétition difficile. Il nous reste beaucoup de travail car nous avons été mis en difficulté. Mais le scénario est parfait car dans le passé la Tunisie ne nous a jamais réussi. On va corriger nos erreurs, il va falloir se créer plus d’occasions face au Zimbabwe. Attention, à la CAN il n’y a pas de petites équipes. Il y a beaucoup d’attente et on ne veut plus décevoir nos compatriotes. »

Abdoulaye Diallo, désigné homme du match : « On a su tenir. On travaille sur le collectif même s’il faut des individualités pour remporter des matches. Ce soir, nous avons eu une part de chance. Mais on est resté solide. C’est vrai que j’ai réalisé quelques arrêts décisifs mais c’est toute l’équipe qui a fait son boulot, qui a été pour moi une source de motivation. C’est bien de commencer par une victoire, mais je demande à mes coéquipiers de ne pas tomber dans l’euphorie. »
 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.