CAN Féminine: les championnes d’Afrique rentrent sans primes... - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN Féminine: les championnes d’Afrique rentrent sans primes...

media Desire Oparanozie a marqué et a offert un 10e sacre au Nigeria. CAF

Sacrées dimanche au Cameroun pour la 10ème fois de leur histoire, les Super Falcons n'ont guère été considérées à leur retour au pays par les autorités nigérianes. Pas de primes et pas de réception officielle. Conséquence, elles ont décidé de faire une grève de protestation dans leur hôtel d'Abuja. Une situation résolue ce jeudi 8 décembre.

Les Nigérianes toutes fraîches championnes d'Afrique sont mécontentes et elles l’ont montré, en faisant un sit-in à leur hôtel à Abuja. Elles voulaient recevoir leurs primes, après avoir remporté la Coupe d'Afrique des nations de football féminin, le samedi 3 décembre, face au Cameroun, le pays hôte, sur le score de 1-0. Les joueuses réclamaient 25 000 dollars chacune, correspondant à la qualification pour la CAN féminine 2016 et pour la victoire finale lors du tournoi.

Le conflit résolu sans primes

Selon nos informations, la Fédération nigériane de football a proposé 100 euros aux joueuses pour retourner dans leurs familles. Toutefois, cette proposition a été rejetée par les athlètes. Pire, récemment la presse nigériane rapportait que la sélectionneuse des Super Falcons, Florence Omagbemi, n'était plus payée depuis 8 mois. Une situation intenable pour les championnes d’Afrique qui refusaient de quitter leur hôtel, tenant en otage la coupe de l’épreuve qu’elles ont remporté.

Entre-temps le ministre des sports, Solomon Dalung, a été sur place pour essayer de résoudre le conflit. Au micro de RFI, il a expliqué la situation : « Leur agitation concerne le futur du football féminin au Nigeria. Elles souhaitent que le football féminin soit reconnu comme tous les autres sports, ce n'est pas une demande égoïste. Le problème est au-delà des primes de match, les arriérés de primes existaient avant ce présent gouvernement. Il est plutôt question de manque de communication entre les joueuses et la fédération. Mais je peux vous garantir que nous honorerons nos engagements vis à vis des joueuses concernant leur victoire, une fois les fonds disponibles », assurait le ministre des sports.

Une médiation qui aura porté ses fruits, car les joueuses ont stoppé la grève. Elles vont repartir chez elles, et elles devront recevoir leurs primes dans deux semaines.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.