Mondial 2018: au Nigeria, l’Algérie confirme sa mauvaise passe - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mondial 2018: au Nigeria, l’Algérie confirme sa mauvaise passe

media Yacine Brahimi en duel avec le défenseur nigérian, Kenneth Omeruo, le 12 novembre 2016 PIUS UTOMI EKPEI / AFP

A domicile, le Nigeria a battu samedi 12 novembre l’Algérie lors de la deuxième journée des éliminatoires du Mondial 2018 en Russie (3-1). Les deux buts marqués en première période par Victor Moses et Obi Mikel sont dus à deux énormes erreurs défensives de la part des Fennecs. Nabil Bentaleb a réduit le score en seconde période, avant que Moses n'enfonce le clou avec un doublé.

Un mois après avoir déçu son public à domicile face au Cameroun (1-1), les Fennecs faisaient le déplacement au Nigeria avec un nouvel entraîneur et la ferme intention de rentrer au pays avec une victoire. Mais la tâche s’avérait assez compliquée face à des Nigérians premiers du groupe B avec trois points après leur victoire en Zambie (2-1). Les hommes de Gernot Rohr savaient qu’ils pouvaient prendre le large et faire un grand pas vers la qualification en cas de victoire à domicile.

Des défenseurs algériens en perdition

Dès le début du match, les Nigérians se sont montrés les plus dangereux lors des trente premières minutes, avec une tentative d’Obi Mikel qui passe à côté de la cage de M’Bolhi (20e). Six minutes plus tard, Victor Moses ouvre la marque pour le Nigeria après une énorme erreur de la défense algérienne. Hichem Belkaroui rate son contrôle, le ballon revient sur Moses qui bat M’Bolhi d’une frappe de l’intérieur du droit. L’Algérie qui par ailleurs n’a plus gagné depuis 1990 face au Nigeria peut s’en mordre les doigts. Si les Fennecs ne se laissent pas abattre et continuent le combat comme lors de cette action où Yacine Brahimi offre un magnifique ballon à Nabil Bentaleb qui rate le cadre (34e), la suite sera d’autant plus cruelle.

Car c’est encore du côté de la défense algérienne que le bât blesse. Obi Mikel, couvert par Aïssa Mandi, contrôle, vérifie qu’il n’est pas en position de hors-jeu et trompe M’Bolhi d’un plat du pied puissant (42e). Après le semi-échec face au Cameroun, les Verts se retrouvent désormais dos au mur et il reste encore quarante-cinq minutes pour inverser la tendance.

Nabil Bentaleb redonne espoir

Le retour de Georges Leekens sur le banc algérien n’a pas fait de miracle durant la première période. Les joueurs algériens qui ont obtenu le départ du Serbe Milovan Rajevac ont encore une mi-temps pour prouver qu’ils avaient raison malgré une cascade de forfaits pour cette rencontre, notamment Ryad Boudebouz, Rachid Ghezzal et Hilal Soudani. Malgré un Brahimi très inspiré, les tentatives des Verts en seconde période n’aboutissent pas avant la 66e minute et un boulet de canon de Nabil Bentaleb qui relance les espoirs des Fennecs. Insuffisant pour s’offrir une victoire précieuse surtout après le troisième but du break signé encore Moses (91e).

Le Nigeria reste donc le plus sérieux concurrent dans la course pour l’unique ticket vers la Russie. Et l’Algérie compte désormais cinq points de retard sur les Super Eagles revigorés après leur honteuse élimination dans les qualifications de la CAN 2017 au Gabon.

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.