Mondial 2018: le Sénégal tombe de haut en Afrique du Sud - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mondial 2018: le Sénégal tombe de haut en Afrique du Sud

media L'attaquant sénégalais Keita Balde Diao (maillot blanc), lors du match contre la Namibie, le 3 septembre 2016 à Dakar SEYLLOU / AFP

Les Lions du Sénégal, qui restaient sur cinq victoires consécutives en matches officiels en 2016, ont été stoppés par l’Afrique du Sud (2-1) lors de la deuxième journée des éliminatoires du Mondial 2018. Les Lions n’ont jamais pu se remettre d’un penalty imaginaire accordé aux Bafana Banafa en fin de première mi-temps.

Quatre minutes qui ont fait tout basculer sur la pelouse Peter Mokaba Stadium de Polokwane. Entre la 41e et la 45e +1, le Sénégal a perdu une rencontre qu’il avait su maîtriser pendant les quarante premières minutes. Mais le penalty inexistant, sifflé par l’arbitre ghanéen Joseph Lamtey pour une main imaginaire de Kalidou Coulibaly, allait mettre sur orbite les Bafana Bafana et assommer les Lions. Car après la transformation par le capitaine Thulani Hlatshwayo (43e), les hommes d’Aliou Cissé se faisaient surprendre sur un coup franc rapidement joué, et joliment conclu par un plat du pied de Serrero (45e).

Cheikh Ndoye a failli tout changer

Ce n’était pas cher payé pour une équipe sud-africaine qui a attendu la 39e minute pour cadrer sa première frappe, et cruelle pour une formation sénégalaise qui n’avait pas été inquiétée, malgré un côté gauche assez friable d’où est venu la plupart des attaques adverses. Mais les hommes de Cissé n’avaient pas non plus tenté de forcer leur destin lors de cette première mi-temps (un seul tir cadré de Moussa Konaté), préférant rester bien en place dans leur camp et compter sur les exploits techniques de Sadio Mané et Baldé Diao.

La deuxième mi-temps sera d’un tout autre calibre avec l'entrée de Cheikh Ndoye à la place de Mohamed Diamé pour donner plus de poids aux intentions offensives du Sénégal. Les Lions mettent la pression, attaquent à plusieurs, se procurent des occasions avec Konaté (56e), Ndoye (61e) et Mame Biram Diouf (70e), qui a remplacé Konaté. Il a fallu attendre pourtant le dernier quart d’heure (76e) pour voir Cheikh Ndoye réduire le score tout en puissance et en s’y prenant par deux fois pour tromper Itumeleng Khune.

Les Etalons leaders du groupe

Les hommes de Ephraim Mashaba plient dans les dernières minutes, mais ne rompent pas, quelques peu aidés par la maladresse des Sénégalais et par l’étonnant coaching de Cissé qui fait entrer l’arrière droit Zargo Touré à la place de Gassama, poste pour poste à sept minutes de la fin de la rencontre.

Après sept victoires consécutives en matches officiels, les Lions tombent ainsi Polokwane et cèdent la première place de leur groupe au Burkina Faso qui s'est imposé au Cap-Vert (2-0) après son match nul sur son terrain (1-1) lors de la première journée devant l'Afrique du Sud.


La réaction d’Aliou Cissé, le coach du Sénégal au micro de RFI

« Nous avons perdu parce qu’à un moment donné nous n’avons peut-être pas su faire ce que l’on se devait de faire. En première période, nous aurions dû avoir plus de qualité offensive et nous aurions dû nous lâcher. Nous avons récupéré un nombre incalculable de ballons et il fallait se projeter vers l’avant. J’avais demandé de la récupération de balles et de la percussion. En ce qui concerne l’arbitrage, nous sommes en Afrique et nous devons nous adapter à ces façons de faire. Ce n’est pas une excuse, mais je n’ai pas trop envie d’en parler ce soir. »

La réaction de Sadio Mané au micro de RFI

« Ça fait mal, je pense qu’on aurait dû ramener au moins un point. C’est une défaite amère, mais ça permet de rectifier certaines choses avant la CAN que l’on prépare. Ça va nous servir de leçon. Rien n’est encore fait, on a d’autres matches à jouer. C’est une motivation pour travailler encore et se remettre en question. »
 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.