Coupe de la Confédération: le MO Béjaïa veut créer l’exploit - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Coupe de la Confédération: le MO Béjaïa veut créer l’exploit

media L’attaquant algérien Faouzi Yaya du MO Béjaïa (au premier plan) a marqué le but des Crabes lors du match aller, 1-1, face au TP Mazembe du milieu de terrain ivoirien, Christian Kouamé Koffi, le 29 octobre 2016 à Blida en Algérie. stringer / AFP

Le MO Béjaïa jouera ce dimanche 6 novembre face au TP Mazembe, à Lubumbashi en République Démocratique du Congo, le match retour de la finale de la Coupe de la Confédération. Les Algériens devront absolument marquer pour espérer remporter le titre, et c’est ce qu’ils comptent faire selon l’entraîneur des Béjaouis, Nasser Sandjak.

Le club algérien du MO Béjaïa est dans une situation défavorable après le match aller, où les Crabes ont fait match nul 1-1 au stade Mustapha Tchaker à Blida en Algérie. Il faut renverser la vapeur si les Béjaouis veulent remporter leur premier titre continental.

Le TP Mazemble, sous pression à domicile ?

Lors du match de la phase de groupes, les Corbeaux avaient battu les Crabes sur le score de 1-0 à Lubumbashi. Toutefois l’entraîneur du MOB a retenu la leçon. En interview exclusive à RFI, Nasser Sandjak voit son équipe pouvoir créer l’exploit malgré la puissance du club congolais dont il ne tarit pas d’éloges.

« Il faut reconnaître que le TP Mazembe est un club formidable, extraordinaire. C’est un plaisir de retourner à Lubumbashi. Le public est très jovial, pas de provocations, rien. On peut aussi dire que le terrain est magnifique, qu’il y a toutes les conditions pour vraiment faire un grand match. On sait que le TP Mazembe, chez lui, a beaucoup de mal. On l’a vu nous quand on les a rencontré, on l’a ressenti. On sait que maintenant la pression est pour eux, et nous on jouera un peu plus libéré. On va essayer d’entreprendre et d’aller au bout de nos actions, j’espère qu’on va les conclure », admet l'entraîneur du MOB.

Pour Nasser Sandjak, les principaux changements entre le premier et le second match seront surtout d’ordre climatique, car côté terrain, aucune rencontre n’est similaire même si les deux équipes jouent avec les mêmes joueurs. « On va changer de conditions, de climat. On va arriver dans un été là-bas avec une forte chaleur, et on va jouer le match en pleine après-midi. Il n’y a que les conditions qui vont changer par rapport au premier match et puis chaque rencontre a une vérité. Les enseignements qu’on a, c’est qu’on peut rivaliser face à une équipe comme le TP Mazembe. La donnée incontournable, c’est qu’il faut qu’on marque un but. Il faudra marquer au bon moment, pas trop tôt ni trop tard, pour pouvoir réellement essayer de gagner cette fameuse coupe. »

Un espoir de victoire né du match aller

Le premier match, disputé il y a une semaine, donne un avantage au TP Mazembe car en cas d’égalité, les buts marqués à l’extérieur comptent double. Toutefois le match aller a aussi montré que le MOB pouvait faire jeu égal avec les Congolais. Nasser Sandjak est revenu sur cette première rencontre en Algérie.

« On a produit un match de bonne facture. On a même eu des occasions pour gagner la rencontre, mais on les a loupé lamentablement. Mais on est seulement à la mi-temps de la finale. Comme toutes les équipes africaines, le TP Mazembe joue plus libéré à l’extérieur qu’à domicile, donc on sait que ça va être une toute autre rencontre. Au match aller, on a retrouvé cette équipe congolaise, qui a de grosses qualités physiques, et nous on a contourné cet obstacle, qui était le duel physique. On sait quand même que le premier match vaut ce qu’il vaut, et on va à Lubumbashi essayer de faire un exploit. Je pense qu’il y a la place », assure l’entraîneur du MO Béjaïa.

Les Crabes pourraient remporter leur premier titre africain pour leur première participation aux compétitions continentales. Quant au TP Mazembe, il pourrait soulever son 7e titre, mais son premier en Coupe de la Confédération.
 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.