Mondial 2022: le Qatar annonce la mort d'un ouvrier pour la première fois - Moyen-Orient - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mondial 2022: le Qatar annonce la mort d'un ouvrier pour la première fois

media Des ouvriers travaillent sur un chantier à Doha, le 16 novembre 2014. AFP PHOTO/STR

Le Qatar a pour la première fois annoncé la mort d’un ouvrier de la Coupe du monde de football 2022. Depuis six ans, les ONG et associations dénoncent les conditions de travail des ouvriers et de nombreux décès.

Environ 1 200 ouvriers seraient morts depuis que le Qatar a débuté les travaux pour la Coupe du monde, en 2010. C’est le chiffre qu’avançait la Confédération syndicale internationale… en 2014 !

Pourtant, selon le Comité d’organisation de l’évènement, il n’y a eu pour l’instant qu’un seul mort. L'annonce officielle faisant état d'un « accident du travail » - la première du genre - est intervenue ce dimanche.

La victime travaillait sur le chantier du stade al-Wakra. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes d'un accident présenté par les autorités comme exceptionnel.
Au total, le Qatar emploie 1,6 million de travailleurs étrangers. D’ici 2018, 36 000 d'entre eux devraient être engagés pour les travaux du Mondial. Et le pays essuie de nombreuses critiques sur les conditions de travail des ouvriers.

Particulièrement visé : le système de parrainage de la « kafala » qui soumet le travailleur à son employeur. Une réforme de ce système est attendue avant la fin de l’année. Mais les défenseurs des ouvriers migrants la trouvent insuffisante.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.