Mohamed Aboutrika accusé de financer la confrérie interdite des Frères musulmans en Egypte - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mohamed Aboutrika accusé de financer la confrérie interdite des Frères musulmans en Egypte

Le parquet égyptien va enquêter sur l'ex-star du football égyptien Mohamed Aboutrika, accusé de financer la confrérie interdite des Frères musulmans et dont les parts dans sa société avaient été saisies en 2015. Les autorités avaient saisi en mai 2015 les actions de l'ex-star du club cairote Al-Ahly dans sa propre agence de voyage, Tours, qu'il a co-fondée en 2013. Dans un entretien avec le journal gouvernemental Al-Ahram publié quelques jours après la saisie, M. Aboutrika avait nié que sa société ou même ses partenaires aient financé la confrérie islamiste. La confrérie islamiste a été classée fin 2013 « organisation terroriste » par les autorités égyptiennes, qui accusent le groupe d'être derrière les attentats jihadistes secouant le pays depuis l'éviction par l'armée du président Mohamed Morsi. La confrérie dont est issu M. Morsi nie avoir recours à la violence. Mohamed Aboutrika, l'un des meilleurs footballeurs africains de son époque, avait publiquement apporté, lors de la campagne présidentielle de 2012, son soutien à Mohamed Morsi, renversé en juillet 2013. Les partisans de M. Morsi font l'objet d'une répression sévère qui a coûté la vie à plus de 1.400 personnes et entraîné l'arrestation d'au moins 15.000 autres. Le joueur, qui a également brillé en sélection nationale, a pris sa retraite en 2013, et n'a depuis fait aucune déclaration politique en public.

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.