Le foot africain a encore franchi un cap lors du Chan 2016 - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Le foot africain a encore franchi un cap lors du Chan 2016

media Le Congolais Mechak Elia. Courtesy of cafonline

Un niveau de jeu plus élevé et plus homogène que lors des éditions précédentes, un record de buts marqués, un public rwandais curieux, le favori - la RDC - qui répond présent et remporte le Chan 2016… Le football continental a progressé durant le quatrième Championnat d’Afrique des nations.

Le quatrième Championnat d’Afrique des nations de football (Chan 2016) s’est achevé sur la victoire de l’équipe de RD Congo, ce 7 février à Kigali, et le bilan de ce tournoi est positif.

Plus de buts

Au niveau du spectacle, tout d’abord, avec 80 buts inscrits en 32 rencontres, soit une moyenne de 2,5 buts marqués par match. C’est un record dans la courte histoire de cette compétition. Et c’est même mieux que lors des quatre dernières Coupes d’Afrique des nations.

Pour trouver un grand tournoi africain plus prolifique, il faut remonter à la CAN 2008 au Ghana (99 buts inscrits en 32 matches).

Moins d’erreurs...

Le Championnat d’Afrique des nations n’a évidemment rien à voir avec sa « grande sœur » la Coupe d’Afrique des nations. La CAN réunit les meilleurs footballeurs africains alors que le Chan est réservé à ceux qui évoluent dans leur pays.

Ces derniers, qu’on surnomme les joueurs locaux, ont toutefois affiché des progrès durant ce Chan 2016, aux niveaux technique et tactique notamment, par rapport aux éditions 2009 (Côte d'Ivoire), 2011 (Soudan) et 2014 (Afrique du Sud).

...mais toujours autant de fatigue

Au niveau de l’endurance, les participants étaient également mieux préparés physiquement. Même si la fatigue était très perceptible chez les équipes qualifiées en quart de finale et surtout en demi-finales.

Le niveau de jeu s’est en ressenti durant la fin du tournoi, avec beaucoup d'approximations, alors qu’il avait été très bon au premier tour.

Un public présent

Le public n’a pas pour autant boudé cette compétition. Les stades n’étaient pas toujours pleins mais ils étaient rarement vides. Les Rwandais se sont montrés curieux, y compris après l’élimination de leur équipe nationale, en quarts de finale du Chan 2016.

La présence de nombreux supporters congolais a toutefois aidé à garnir les tribunes. Ceux-ci sont venus soutenir en masse une équipe qui compte s’appuyer sur sa 3e place à la CAN 2015 et sa victoire au Rwanda pour remporter la CAN 2017 au Gabon ou la CAN 2019 au Cameroun.

CHAN 2016: LE DOSSIER DE RFI

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.