Présidence de la Fifa: l'Afrique soutient le cheikh Salman - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent
France: décès de Jean-Claude Decaux, inventeur de l'abribus et spécialiste de l'affichage publicitaire, à l'âge de 78 ans (groupe Decaux)

Présidence de la Fifa: l'Afrique soutient le cheikh Salman

media Le cheikh Salman (c) est le candidat de l'Afrique pour la présidence de la Fifa. AFP

La Confédération africaine de Football (CAF) a apporté ce vendredi 5 février son «soutien entier» à la candidature du cheikh Salman (Bahrein) pour succéder à Joseph Blatter à la présidence de la Fifa le 26 février à Zurich.

La Confédération africaine de Football (CAF) avait débuté ce vendredi 5 février à Kigali une réunion où elle pouvait décider qui des cinq candidats à la présidence de la Fifa elle soutiendrait. Finalement, elle a apporté son « soutien entier » à la candidature du cheikh Salman (Bahrein) pour succéder à Joseph Blatter à la présidence de la Fifa. « Le comité exécutif de la CAF a décidé qu'il donnera son soutien entier à la candidature de Cheikh Salman pour la présidence de la Fifa », a déclaré à la presse à Kigali le premier vice-président de la CAF, Suketu Patel, à l'issue du comité exécutif de la CAF.

Le plus gros réservoir de voix au Congrès de la Fédération internationale

Avec 54 pays affiliés, la CAF dispose en effet du plus gros réservoir de voix au Congrès de la Fédération internationale devant l'UEFA (Europe, 53 voix), l'Asie (46), la Concacaf (Amérique du Nord, centrale et Caraïbes, soit 35 voix), l'Océanie (11) et l'Amérique du sud (10). Ces derniers jours, quatre des cinq candidats à la présidence de la Fifa ont fait le déplacement dans la capitale rwandaise, qui accueille actuellement le Championnat d'Afrique des nations (CHAN): le cheikh Salman
(Bahrein), président de la Confédération asiatique (AFC), le Suisse Gianni Infantino, numéro 2 de l'UEFA, le Sud-Africain Tokyo Sexwale et le Français Jérôme Champagne, ex-secrétaire général adjoint de la Fifa. Seul le prince jordanien Ali ne s’était pas déplacé.

Avant cette annonce, la balance penchait nettement en faveur du cheikh Salman et la signature d'un accord de partenariat entre la CAF et l'AFC, le 15 janvier, pourrait avoir constitué un premier pas vers une adhésion de l'Afrique au patron du football asiatique. Ce rapprochement avait d'ailleurs été violemment critiqué par le prince Ali qui y a vu « une tentative de violer les règles électorales ».

Dans un entretien à L'Equipe jeudi 4 février, Issa Hayatou, le président de la CAF nommé président par intérim de la Fifa, avait balayé ces accusations. On notera donc que la CAF n’a pas accordé son soutien au représentant africain, Tokyo Sexwale. La campagne de l'homme d'affaires sud-africain, ancien compagnon de route de Nelson Mandela, n’a pas convaincu.

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.