Luis Fernandez: «Emmener la Guinée en Coupe du monde» - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Luis Fernandez: «Emmener la Guinée en Coupe du monde»

media Luis Fernandez, invité de Radio foot internationale, le 19 janvier 2016. RFI/Pierre René-Worms

A l'occasion de la sortie de son autobiographie intitulée "Luis" par les éditions Hugo Sport, Luis Fernandez était l'invité d'Annie Gasnier dans Radio Foot Internationale, ce mardi 19 janvier.

« Il n'y a pas de vie de rêve. » C'est ce que Luis Fernandez a répondu à Annie Gasnier après qu'elle a récapitulé par quelques moments phares sa vaste et riche carrière. L'ancien joueur du Paris Saint-Germain et de l’équipe de France s'est livré mardi 19 janvier, une heure durant, sur son passé de joueur, d'entraîneur et son présent de sélectionneur et d’animateur radio. Il reconnaît que les mentalités ont changé dans le monde du football, avouant qu'« aujourd'hui les jeunes sont mal accompagnés. »

Revenant sur sa relation avec Ronaldinho, comparant Zidane et Platini, Luis Fernandez en vient à parler de sa reconversion d'entraîneur et de ses débuts plutôt inattendus avec l'AS Cannes en 1992. « Évidemment je me retrouve à entraîner des gars avec qui je jouais trois ou quatre mois auparavant. Je me suis dit : fais leur ce que tu aurais bien aimé qu'on te fasse, ne fais pas ce que tu n'aurais pas aimé que l'on te fasse. » Un début en tant qu'entraîneur qui l'emmènera par la suite, de 1994 à 1996 puis de 2000 à 2003, sur le banc du Paris Saint-Germain, son club de cœur, puis plus récemment à la tête de la sélection guinéenne.

« Je me suis attaché à la Guinée »

Nommé sélectionneur du Syli national en avril 2015, Luis Fernandez connaît des débuts délicats avec la sélection. « Je l'aime (cette aventure). Quand je suis arrivé il y avait des problèmes en interne et je ne le savais pas. C’était assez tendu, il a fallu recomposer mais ça va de mieux en mieux », explique-t-il, avant de témoigner son amour de la Guinée : « Je me suis attaché à la Guinée et au peuple guinéen, assure-t-il. Quand vous allez à Conakry et quand vous voyez ces supporters, ces enfants, j'ai envie de leur apporter de la joie. »

Et pour combler tout un peuple de bonheur, le nouveau sélectionneur ne cache pas ses ambitions. « Ils ont déjà fait des CAN, mais moi, ce qui me ferait le plus plaisir, c'est de les emmener en Coupe du monde. C'est un objectif qu'ils n'ont pas encore acquis », déclare-t-il. Pour réaliser son souhait, Luis Fernandez pourra compter sur une équipe qui, selon lui, « commence à avoir un profil intéressant. »

Un œil sur le CHAN

L'ex-international français garde un œil sur le CHAN où il s’appuie sur son adjoint Laurent Hatton, au Rwanda, et sur quelques joueurs qui lui ont déjà tapé dans l'œil. « Ibrahima Traoré est un très bon joueur, il faut que je regarde ses performances (avec Mönchengladbach). Amadou Diawara, qui joue à Bologne, est un garçon prometteur. Naby Keita ? Il est très fort, c'est un Iniesta, il a une intelligence et une facilité. » Quant à Bouna Sarr, auteur d’une belle performance le week-end dernier à l’OM, il devra confirmer sur la durée.

Luis Fernandez apparaît donc comme surmotivé à l'idée de reprendre le travail avec la sélection guinéenne et de la faire triompher. Il se dit déjà impatient d'être au 23 mars pour le prochain match de la Guinée contre le Malawi, en Coupe d'Afrique des Nations.

Clément Brossard

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.