Joueur africain 2015: André Ayew s’interroge sur le résultat - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Joueur africain 2015: André Ayew s’interroge sur le résultat

media André Ayew sous le maillot du Ghana avec son sélectionneur Avram Grant, le 8 février 2015, à Bata AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

André Ayew, 3e à l’élection du Joueur africain de l’année, a fini derrière l’Ivoirien Yaya Touré, deuxième et furieux, et surtout derrière le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang, lauréat 2015. Un résultat que le Ghanéen, finaliste de la CAN, ne comprend pas.

André Ayew, désigné Prix Marc-Vivien Foé 2015 par RFI et France 24, n’a pas été élu Joueur africain de l’année. Il a fini troisième du vote organisé par la Confédération africaine de football (CAF) et remporté par le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang.

Une décision que le Ghanéen a moins mal vécu que l’Ivoirien Yaya Touré, champion d’Afrique. Mais André Ayew, finaliste de la Coupe d’Afrique des nations, a néanmoins fait part de son incompréhension.

« Une CAN ne compterait pas pour les Africains ? »

« Je m’interroge, indique-t-il sur le site lequipe.fr. Il faut donc qu’on m’explique quels sont les critères qui sont mis en avant une année de CAN. Il me semble logique que la compétition majeure du continent compte dans le verdict. Un Euro compte pour les Européens mais une CAN ne compterait pas pour les Africains ? »

André Ayew était visiblement déçu et surpris à l’énoncé du résultat, le 8 janvier Abuja : « Yaya et moi, on était finalistes de la CAN. Il l'a gagnée, j’ai fini meilleur buteur. »

Pierre-Emerick Aubameyang, éliminé au 1er tour de la CAN mais auteur de 45 buts en 2015, a réuni 143 points, contre 136 pour Yaya Touré et 112 pour André Ayew. « Attention, Aubameyang est un ami et il a fait une super année, relativise Ayew. Et c’est un super mec. Il a marqué beaucoup de buts mais Yaya et moi, on n’a pas le même rôle. Mais ça ne nous a pas empêché d’être décisifs aussi. S’il n’y avait pas eu la CAN, d’accord on peut en discuter. Mais là, non, on doit privilégier nos compétitions… On doit les respecter. Si, nous Africains, on ne le fait pas, qui le fera ? Franchement, c’était Yaya ou moi cette année…»

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.