Corruption à la Fifa: l’Afrique du Sud nie toujours toute implication - Afrique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Corruption à la Fifa: l’Afrique du Sud nie toujours toute implication

media Le stade FNB de Soweto, à Johannesburg, a accueilli la Coupe du monde de football en 2010. Wikipédia

Chuck Blazer a témoigné devant la justice américaine en novembre 2013. Son procès-verbal a été rendu public ce mercredi et il est accablant pour la Fifa. L’ancien secrétaire général de la Concacaf, la confédération nord-américaine, a reconnu devant les enquêteurs qu'il y avait eu des pots-de-vin versés par le Maroc et l'Afrique du Sud pour l'obtention des Coupes du monde de 1998 et 2010. Des informations contestées par les autorités sud-africaines.

En Afrique du Sud, il n’y a pas de réaction officielle pour le moment, mais la question est de savoir quel impact vont avoir ces dernières révélations puisque Pretoria continue de nier toute corruption. Mercredi encore, et pour la quatrième fois, le ministre sud-africain des Sports a catégoriquement rejeté les accusations de pots-de-vin. Selon la justice américaine, Pretoria aurait versé dix millions de dollars à l’ex-vice-président de la Fifa, Jack Warner, en échange de trois votes.

Mercredi, le ministre est passé à l’offensive. Dix millions de dollars ont bien été versés au football caribéen, a précisé le ministre Fikile Mbalula, mais il s’agit d’une somme destinée à un fonds de solidarité panafricaine, maintient-il. Un fonds pour aider le développement du sport au sein de la diaspora dans les caraïbes. « Le fait que dix millions de dollars aient été versés à un programme approuvé en toute légalité n'équivaut pas à un pot-de-vin », a-t-il martelé.

Le ministre s’en est également pris à la justice américaine accusant les Etats-Unis de jouer au gendarme du monde : « Nous refusons d'être pris en otage dans une bataille entre les autorités américaines et la Fifa. Nous n’avons pas un problème avec les Etats-Unis, ils trouveront en nous un allié pour combattre la corruption, partout il y en a. »

Nous voulons catégoriquement rejeter les accusations selon lesquelles notre pays et notre gouvernement ont payé pour obtenir le Mondial 2010. Ceux qui font de telles allégations doivent apporter des preuves.
Fikile Mbalula Ministre sud-africain des Sports 04/06/2015 - par Alexandra Brangeon Écouter

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.