CAN 2015: le Ghana en finale malgré la fureur équato-guinéenne - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

«Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du peuple gabonais, en vue d'assurer son bien-être et de le préserver de tout dommage, de respecter et de défendre la Constitution et l'Etat de droit», a déclaré le chef de l'Etat, main gauche sur la Constitution et main droite levée vers le drapeau du Gabon.

CAN 2015: le Ghana en finale malgré la fureur équato-guinéenne

media André Ayew prend le meilleur sur Enrique Boula : le Ghana a largement dominé la Guinée équatoriale. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

L’équipe du Ghana s’est qualifiée pour la finale de la Coupe d’Afrique des nations et affrontera dimanche 8 février à Bata la Côte d’Ivoire. Les Ghanéens ont battu les Equato-Guinéens 3-0, ce 5 février à Malabo. Cette demi-finale très tendue a été interrompue par des débordements de supporters du Nzalang furieux.

De notre envoyé spécial à Malabo en Guinée équatoriale,

L’équipe du Ghana affrontera celle de Côte d’Ivoire en finale de la Coupe d’Afrique des nations 2015, le 8 février à Bata. Mais ce dénouement est presqu’anecdotique au vu du scenario de la deuxième demi-finale de cette CAN 2015, ce 5 février à Malabo. Ce match entre le Ghana et la Guinée équatoriale, le pays hôte du tournoi, a viré au calvaire, après une longue série de débordements de supporters équato-guinéens furieux.

Un penalty, deux buts et des jets de bouteilles

Cette demi-finale a rapidement dégénéré, comme le craignait les organisateurs. L’ambiance, électrique et parfois limite sur le terrain, devient franchement détestable dans le petit Estadio de Malabo, avec l’ouverture du score ghanéenne. A la 40e minute, le gardien de but équato-guinéen Felipe Ovono sort trop rapidement au devant de Kwesi Appiah. Il déséquilibre l’attaquant adverse qui s’écroule dans la surface de réparation. L’arbitre M. Eric Otogo n’hésite pas à siffler penalty. L’attaquant Jordan Ayew ne fait pas de sentiment : 1-0.

Des remplaçants de la Guinée équatoriale protégés par les forces de l'ordre à Bata. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Les esprits s’échauffent un peu plus encore sur le terrain et dans les gradins. Dans les arrêts de jeu de la première période, sur une contre-attaque menée par Christian Atsu, l’ailier sert en retrait Wakaso. Le milieu de terrain a le temps de contrôler, de repiquer dans l’axe et de fusiller Ovono : 2-0 (45e+1) dans un silence de cathédrale. On n’entend presque plus que le son des bouteilles d’eau se fracassant sur la piste d’athlétisme entourant la pelouse. A la pause, l’arbitre et les Black Stars sont obligés de rejoindre les vestiaires par petits groupes, sous les boucliers des forces de l’ordre. Ils reviennent ensuite sur l’aire de jeu de la même manière. Malgré les appels au calme lancés par le speaker du stade et les joueurs du Nzalang, le climat reste pesant.

Une interruption de plus d'une demi-heure

Le Ghanéen John Boye protégé par la police lors des incidents du match Ghana - Guinée équatoriale à Bata. EUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Malgré les intimidations, les Ghanéens continuent d’attaquer pour inscrire le but du KO. A la 54e minute, le milieu de terrain et capitaine André Ayew manque de peu un coup de tête. C’est ensuite Appiah qui perd un duel avec Ovono (57e). Après un deuxième échec face à Ovono, Appiah a la lucidité nécessaire pour récupérer le ballon et le transmettre à André Ayew qui enfonce le clou : 3-0, 75e. Les Black Stars ont le mauvais goût d’effectuer une petite danse qui accentue un peu plus encore la tension.

Des spectateurs commencent à quitter le stade de Malabo où la fête équato-guinéenne vire au fiasco. Les supporters du Ghana, effrayés se réfugient sur le terrain, avant d’être évacués au bout de trois quarts d'heure. La partie reprend finalement pour quelques minutes après une longue interruption. Joueurs ghanéens et équato-guinéens s’étreignent, conscients qu’ils ont vécu un moment de profonde tristesse.

Retrouvez le calendrier des matches, tous les joueurs et les villes où ont lieu les rencontres de la CAN 2015 sur afriquefoot.rfi.fr.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.