Javier Balboa, du banc du Real Madrid au top de la CAN 2015 - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Javier Balboa, du banc du Real Madrid au top de la CAN 2015

media L'Equato-Guinéen Javier Balboa. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Avec trois buts inscrits, Javier Balboa est le co-meilleur réalisateur de cette Coupe d’Afrique des nations 2015 en Guinée équatoriale. A 29 ans, l’attaquant équato-guinéen s’impose comme la vedette du Nzalang, après voir mené une carrière plutôt modeste en club, qui a pourtant commencé au centre de formation du prestigieux Real Madrid.

De notre envoyé spécial à Malabo en Guinée équatoriale,

Qui aurait imaginé Javier Balboa, déjà auteur de 3 buts avec le Nzalang, comme l’un des héros de la Coupe d’Afrique des nations 2015 ? Sûrement pas l’intéressé qui a débarqué à l’âge de 15 ans au prestigieux Real Madrid et qui se voyait sans doute un destin avec l’équipe d’Espagne.

De fait, Javier Ángel Balboa Osa, 29 ans, appartient à cette quinzaine d’internationaux équato-guinéens nés et ayant grandi dans la péninsule ibérique. Des Espagnols n’ayant pas percé au plus haut niveau ou n’ayant pas ou plus le temps de percer au plus haut niveau.

Du Portugal à la Guinée équatoriale

« Nul n’est prophète en son pays », dit l’adage. Javier Balboa pourrait ajouter « en son pays de naissance ». L’attaquant a ainsi dû se résoudre à l’exil, malgré des bouts de matches entre 2006 et 2008 avec le club madrilène, ponctués par un titre de champion d’Espagne. C’est au Portugal que le « madridista » a tenté de rebondir, même s’il ne s’est jamais vraiment imposé au Benfica Lisbonne (2008-2011).

C’est pourtant durant cette période que l’enfant d’immigrés est devenu l’icône de la sélection nationale équato-guinéenne. En 2006, la Confédération africaine de football a désigné la Guinée équatoriale comme coorganisatrice de la CAN 2012. Jouer une phase finale à domicile est alors une perspective alléchante pour Javier Balboa.

Le jour J, lors du match d’ouverture face à la Libye (1-0), l’attaquant est au rendez-vous. Il inscrit le tout premier but de la CAN 2012 et de son pays dans une phase finale. Son équipe ira jusqu’en quarts de finale du tournoi.

Trois ans plus tard, le Nzalang a pris une nouvelle dimension avec Balboa comme maître à jouer. Ce dernier a inscrit deux penalties durant cette CAN 2015 : un valable face au Gabon, au premier tour ; puis l’autre, très polémique, face à la Tunisie, en quart de finale. A ce bilan, le joueur d’Estoril (Portugal) a ajouté un coup franc magistral face aux Tunisiens, synonyme de qualification en demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations.

« Le football est aussi une affaire d’état d’esprit, explique l’intéressé pour justifier ses performances actuelles. Je crois qu’en 2012, ça s’était bien passé, avec de bons matches. J’avais également marqué un but. Cette fois, c’est vrai que j’ai marqué plus. C’est une époque différente, j’ai mûri. Je suis devenu plus professionnel. J’appréhende les choses de manière différente. Quand on essaie de faire les choses le mieux possible, on y arrive toujours. Parfois, ça se passe mieux que d’autre. L’important, c’est de donner le maximum pour. Heureusement, cette CAN est meilleure que l’autre. »

« Javier est notre crack »

L'Equato-Guinéen Javier Balboa est l'idole des supporters du Nzalang. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Javier Balboa a gagné le respect de tous ses partenaires, y compris celui d’Emilion Nsue Lopez, capitaine du Nzalang et seul autre Equato-Guinéen à évoluer au haut niveau européen. « Pour moi, Javier est le crack de notre équipe, sourit l’ancien international espagnol chez les jeunes, aujourd’hui à Middlesbrough (Angleterre). Il est très important pour nous tous. C’est un joueur qui travaille beaucoup. Et je veux qu’il marque encore contre le Ghana. »

En demi-finale, le 5 février à Malabo, face aux Black Stars, Javier Balboa ne se fantasme pas en héros de la nation, même si chacune de ses prises de balle font rugir de plaisir les supporters du Nzalang. Le titre de meilleur buteur de la CAN 2015 ne l’obsède pas non plus. « Je ne me pose pas cette question car il y a encore quatre équipes en course avec des joueurs qui peuvent me dépasser, souligne celui qui est actuellement à égalité avec le Congolais Thievy Bifouma et le Tunisien Ahmed Akaichi. L’important reste de gagner le prochain match et d’aller en finale avec mon équipe. » Avant d’ajouter avec un léger sourire : « Quand la compétition a commencé, je n’ai jamais songé à finir meilleur buteur. Les circonstances ont fait que j’ai marqué trois buts et que je suis coleader. Mais si j’ai la chance de finir meilleur buteur, ça peut favoriser ma carrière personnelle et que des équipes s’intéressent à moi. » Sa carrière en club pourrait alors être un peu plus en phase avec sa réussite en sélection.

Retrouvez le calendrier des matches, tous les joueurs et les villes où ont lieu les rencontres de la CAN 2015 sur afriquefoot.rfi.fr.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.