CAN 2015: les frères Ayew, motivés plus que jamais - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CAN 2015: les frères Ayew, motivés plus que jamais

media André Ayew a ouvert le score pour le Ghana lors du premier match de son équipe à la CAN 2015 face au Sénégal lundi 19 janvier. AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

Après une première défaite face au Sénégal (2-0), le Ghana des frères Ayew s’est relancé dans les dernières minutes face à l’Algérie vendredi 23 janvier à Mongomo. André et Jordan, qui évoluent dans le championnat de France, ont envie de croire à la qualification. Mais il leur faudra battre l’Afrique du Sud à Mongomo mardi prochain pour espérer voir les quarts de finale.

De notre envoyé spécial à Mongomo,

Avec les frères Touré, Yatabaré, Sané, El Mathlouti, Malonga, André et Jordan Ayew font partie des duos de cette CAN 2015. Après avoir évolué ensemble à l’Olympique de Marseille, les Ayew sont à nouveau réunis dans cette Coupe Afrique des Nations 2015. Si André est toujours dans l’effectif marseillais, Jordan est parti grossir les rangs de Lorient, après avoir tenté, en vain, de sauver Sochaux de la relégation en Ligue 2 la saison dernière, sous les ordres d’Hervé Renard, le nouveau coach de la Côte d’Ivoire. Le milieu du football peut parfois paraître petit... C’est sous les ordres de Claude Le Roy, actuel sélectionneur du Congo Brazzaville qu’André Ayew a débuté sa carrière internationale en 2007. Aujourd’hui, les deux fils d’Abedi Pelé, l’initiateur de la dynastie, restent dans la course pour un éventuel quart de finale.

André Ayew : « Le Ghana est une grande équipe d’Afrique »

Malgré quatre demi-finales de suite des Black Stars dans le tournoi, André Ayew, le milieu offensif, estimait que le Ghana ne figurait pas parmi les favoris de la CAN. « Je ne dirais pas qu'on est là pour gagner la coupe », avait-il déclaré en conférence de presse, à la veille de l'entrée en lice du Ghana contre le Sénégal. Un premier match perdu qui n’avait pas affecté le moral de l’ainé des Ayew. « On a beaucoup de jeunes joueurs, on va jouer match après match. Nous avons la poule la plus difficile, il y a de très bonnes équipes, toutes capables d'aller le plus loin possible », avait-il relevé à propos du groupe C.

Aujourd’hui, il a changé son fusil d’épaule. « Je pense que le Ghana est une grande équipe d’Afrique. Certes, il y a de jeunes joueurs qui n’ont pas l’expérience des CAN, mais on nous a enterrés trop vite », raconte calmement André Ayew, qui avait rejoint en 2004 le centre de formation de l’Olympique de Marseille sous la présidence du Sénégalais Pape Diouf. « On voulait juste gagner ce match (contre l’Algérie), on l'a gagné à la dernière minute de manière difficile. Le coach a changé de tactique pour jouer plus offensivement, parce qu'on devait gagner. Je ne suis pas surpris de cette victoire, on avait la qualité pour gagner », explique André Ayew qui avait participé à la CAN 2010 en Angola ou les Black Stars s’étaient inclinés en finale face à l’Egypte (1-0). La même année, il est aussi titulaire lors du Mondial en Afrique du Sud.

Jordan Ayew : « Tout est possible »

Jordan Ayew, le petit dernier, fait partie de la sélection depuis 2010. Né en 1991 dans la cité phocéenne, il a suivi l’exemple de son frère André. A 13 ans, il intègre les équipes de jeunes de l’OM. Alors qu’il débute en 2009 sa carrière en Ligue 1, il est sacré champion de France l’année suivante avec les Phocéens. Après la défaite face au Sénégal, Jordan qui n’a pas sa langue dans sa poche, avait parlé de « faute professionnelle » et de « gifle ». Moins réservé et plus difficile d’approche que son frère André, Jordan ne semble pas se satisfaire d’une participation en Guinée équatoriale et appelait à la révolte en se remettant au travail.

Après un Mondial pas très glorieux au Brésil, l’attaquant de Lorient a un « mental d’acier ». « Tant que l’arbitre ne siffle pas la fin de la rencontre, tout est possible », expliquait-il après la victoire face aux Fennecs. « J’avais dit à Asamoah Gyan de ne pas trop courir et que j’allais faire le travail pour lui parce que c’est mon " grand " », raconte le vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2011. Abedi Pelé, la figure paternelle, s’est inscrit dans la liste des premiers footballeurs africains connus en Europe. André et Jordan Ayew continue leur bonhomme de chemin avec dans la tête un rêve de sacre en Guinée équatoriale.

Retrouvez le calendrier des matches, tous les joueurs et les villes où ont lieu les rencontres de la CAN 2015 sur afriquefoot.rfi.fr.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.